Yves Lévesque sera candidat conservateur

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Yves Lévesque sera candidat conservateur
Alain Rayes, Yves Lévesque et Andrew Scheer. (Photo Jonathan Cossette)

Ce qui se voulait le secret le moins bien gardé de Trois-Rivières s’est concrétisé, jeudi soir, au Complexe Laviolette de Trois-Rivières. L’ancien maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, sera candidat du Parti conservateur du Canada dans la circonscription de Trois-Rivières.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada, a d’abord procédé à l’annonce de la candidature de l’ancien maire trifluvien. Il était accompagné d’Alain Rayes, lieutenant politique pour le Québec et député de Richmond-Arthabaska.

«Maintenant que je viens de vous présenter Yves (Lévesque), on peut dire que c’est enfin officiel», a lancé M. Scheer en riant. «C’est le maire qui a démarré cette nouvelle ville et qui a été élu cinq fois à la mairie. Notre parti compte déjà 60 candidats dont la plupart sont des élus municipaux. Ceux-ci sont bien enracinés dans leur milieu et ils viennent de la bonne école, soit de l’école du peuple.»

Yves Lévesque est ensuite monté sur scène avec sa fougue habituelle. Il a eu droit à quelques ovations au passage. «J’ai 25 ans de carrière politique et il faut être courageux pour se lancer dans une 9e campagne électorale. Merci aux gens qui me font confiance. Quand j’ai été élu, je m’étais fait un devoir de faire grandir la municipalité et on ne le fait pas pour nous, mais pour les gens. C’est ce que nous avons fait avec Trois-Rivières.»

Monsieur Lévesque est devenu très émotif quand il a mentionné avoir dû quitter sa ville pour des raisons de santé.  «Lorsque mon médecin m’a mis en arrêt de travail, j’aurais dû arrêter six mois plus tôt. Mais je suis un homme fier et je voyais ça comme un signe de faiblesse alors je ne voulais pas. C’était contre mes principes, mais je m’en allais frapper le mur», a-t-il témoigné.

«Je voulais remercier ma femme que j’aime et que j’adore. Elle a toujours été là et elle sera encore plus présente maintenant. Vous allez être content, car elle est pas mal plus belle que moi (rires).»

Pas moins de 500 partisans s’étaient réunis pour l’occasion. L’ex-maire s’est dit fier de ce qu’il a fait pour Trois-Rivières qu’il a qualifié de grande ville comparativement à l’époque où elle avait la réputation d’être «un arrêt pipi», selon ses mots.

«On va continuer de bâtir notre ville. Et je vous le dis, notre chef (Andrew Scheer), apprenez à le connaître! C’est un homme d’une droiture incroyable et qui ne mettra pas de déguisement pour aller dans les pays étrangers. Il va gérer nos finances de façon responsable», a-t-il lancé.

«On est une famille extraordinaire et lorsqu’on croit à notre chef et à notre organisation, on peut réaliser de grands projets. Le train à grande fréquence (TGF), il est important de l’avoir et non pas seulement pour Trois-Rivières, mais pour tout le Québec en entier. Nous allons devoir continuer de développer notre aéroport également. Notre piste a quatre pieds plus longs que celle de Québec et on n’a pas d’avions de passagers.»

Également interrogé par les journalistes, monsieur Rayes a dit que monsieur Lévesque était un candidat idéal et courtisé depuis longtemps. Il a ajouté : «Nous lui avons demandé de demeurer authentique parce que tous les citoyens de Trois-Rivières et du Québec le connaissent tel qu’il est. Et c’est ce que nous avons vu encore ce soir.»

Rappelons que pour le moment, seul Robert Aubin (NPD) a aussi confirmé sa candidature, lui qui briguera un troisième mandat consécutif.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de