Yelo Molo chantera pour contrer la stigmatisation en santé mentale

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Yelo Molo chantera pour contrer la stigmatisation en santé mentale
Yves Blanchette, codirecteur du ROBSM 04-17, Lyne Larivée, représentante du groupe La Locomotive, Pierre-Paul Aveline, bénévole au groupe La Locomotive, et Marianne Cornu, membre du conseil d'administration. (Photo : Marie-Eve Alarie)

Le groupe Yelo Molo présentera un spectacle au profit du Regroupement des organismes de base en santé mentale 04-17 (ROBSM) au Théâtre du Cégep de Trois-Rivières le 21 septembre.

C’est d’ailleurs Stéphane Yelle, chanteur de la formation, qui a approché l’organisme pour s’impliquer dans la lutte contre la stigmatisation. Vivant lui-même avec un trouble du spectre de l’autisme, Stéphane Yelle a vécu beaucoup de stigmatisation et d’anxiété en lien avec sa condition.

Cela l’a amené à composer une chanson spécialement pour la cause, Atypique, que l’on retrouve sur le nouvel album Amour Alpha de Yelo Molo. Cette activité de collecte de fonds se veut également une opportunité de parler du phénomène de la stigmatisation.

La stigmatisation consiste au fait d’attribuer des étiquettes à connotation négative aux personnes vivant avec un trouble de santé mentale, ce qui conduit à la discrimination. Les personnes qui en sont victimes manifestent ensuite des comportements d’abandon, d’exclusion et de rejet par la société.

Et même si les organismes d’aide en santé mentale comme le ROBSM sensibilisent la population depuis de nombreuses années, il reste encore beaucoup de chemin à faire pour contrer la stigmatisation.

«Il y a encore une grande partie des gens qui ont une problématique de santé mentale ou qui pourraient en être atteints qui ne vont pas consulter, notamment en raison de la stigmatisation qui persiste autour des troubles de santé mentale. Par exemple, quand une personne annonce qu’elle a le diabète, les gens ont de l’empathie pour elle. Par contre, encore trop souvent, quand une personne est atteinte d’un trouble de santé mentale, les gens t’excluent ou t’isolent. On veut briser ça», explique Yves Blanchette, codirecteur du ROBSM 04-17.

En ce sens, l’organisation a mis en place différents outils au fil des années, comme des outils de participation citoyenne et des activités de sensibilisation dans plusieurs types de milieux, ainsi que des groupes «par et pour», tels que La Locomotive qui réunit à la fois des personnes ayant une problématique de santé mentale et des personnes dont un membre de l’entourage est atteint.

«On a besoin d’être ensemble, de se parler et briser l’isolement. On s’apprend beaucoup mutuellement, souligne Lyne Larivée, représentante du groupe La Locomotive. On fait beaucoup d’actions de sensibilisations comme des témoignages dans différents milieux, dont les maisons de jeunes, et on participe à des formations et on en donne.»

Dernièrement, le groupe a donné une formation à des intervenants à La Tuque. «Après la formation, ils venaient nous voir pour nous dire qu’ils avaient apprécié l’expérience et une intervenante est venue me dire qu’elle n’avait plus le même regard face à la stigmatisation et aux troubles de santé mentale. C’est la première fois que quelqu’un me disait qu’on avait contribué à changer sa perception de ça. On les a touchés de par notre vécu et notre approche», ajoute Mme Larivée.

Les fonds amassés lors du spectacle-bénéfice de Yelo Molo serviront à financer le programme Contrer la stigmatisation du ROBSM. Si tous les billets trouvent preneurs, l’organisme pourrait être en mesure d’amasser plus de 10 000$ pour la cause.

Les billets pour assister au spectacle sont en vente au coût de 40$ auprès du ROBSM ou à cultur3r.com.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
newest oldest most voted
Notifier de
trackback

[…] Source L'Hebdo Journal […]