«Je veux devenir un ambassadeur» – Vincent Godin

«Je veux devenir un ambassadeur» – Vincent Godin

En devenant conférencier, Vincent Godin espère que d'autres gens pourront s'inspirer de son parcours. Photo gracieuseté via Facebook

ENTREVUE. L’idée de Vincent Godin est porteuse d’espoir. En effet, ce jeune homme de Trois-Rivières atteint de dysphasie rêve de devenir conférencier et d’en faire son métier. Il espère que d’autres gens pourront s’inspirer de son parcours.

Vincent Godin a tout récemment réalisé quelques défis à la nage pour faire connaître ce trouble du langage qu’est la dysphasie. Son but ultime était de faire en sorte que les jeunes dysphasiques aient plus de soutien dans leur cheminement. Maintenant, il aspire à devenir conférencier.

«Ce serait vraiment une continuité à mes défis de nage. Je veux devenir un ambassadeur et susciter l’intérêt des gens. Je vais partager ma façon de percevoir la vie maintenant face aux difficultés. J’ai eu la chance de m’accomplir et de me dépasser malgré mon handicap et si j’ai la chance d’aider d’autres gens, ce sera mission accomplie», lance-t-il d’entrée de jeu.

«Je veux transmettre mon expérience de vie et j’ai un bon bagage à raconter. Je veux inspirer les jeunes dans les écoles, dans les entreprises, dans les milieux communautaires ou encore défavorisés. Je veux expliquer aux minorités visibles, aux dysphasiques ou aux jeunes aux prises avec des difficultés ou un handicap autre, qu’il est possible réussir, d’intégrer le marché du travail et de se réaliser.»

Le Trifluvien a indiqué que le sport, ses parents et sa famille ont joué un grand rôle dans sa vie. Il a déjà livré quelques conférences à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), au Cégep du Vieux Montréal et aux Îles de la Madeleine.

Jeunes Volontaires

Grâce à l’initiative Jeunes Volontaires, six jeunes de la région à la fibre entrepreneuriale, dont Vincent Godin, se sont vu offrir la possibilité de développer et de mettre en œuvre leur projet qu’ils ont eux-mêmes imaginé.

«Ce n’était pas prévu à la base. Je me suis présenté au Carrefour jeunesse-emploi pour savoir comment ils pourraient m’aider et ils m’ont recommandé de m’inscrire à Jeunes Volontaires. Je trouvais ça intéressant», explique-t-il.

«J’ai été sélectionné et j’en suis fier. Je mets beaucoup de temps à construire mon projet, car on ne devient pas conférencier du jour au lendemain. Avec mon expérience et mon implication au niveau politique, et auprès de la dysphasie, je veux sensibiliser et je peux inspirer des gens avec mon parcours.»

Chaque projet Jeunes Volontaires reçoit une allocation d’aide à l’emploi via Emploi-Québec et un budget de fonctionnement pour les dépenses reliées au projet. En échange, les participants doivent consacrer au moins 20 heures par semaine à celui-ci. Aucune date officielle n’est encore au calendrier pour le moment, mais ça ne saurait tarder.

«Je veux vraiment gagner ma vie à titre d’ambassadeur, comme Sophie Grégoire Trudeau qui m’inspire beaucoup, François Lemay, Sylvain Carufel ou encore Terry Fox, par exemple. Je veux faire ma propre sensibilisation en aidant et en touchant des gens», ajoute-t-il.

Partenaires recherchés

Vincent Godin est à la recherche de partenariats connexes à son projet.

«Je veux m’entourer de partenaires d’affaires et de ressources de différents milieux au Québec. Ce serait bien d’avoir du soutien financier également. Les gens ont peut-être le goût d’embarquer dans mon projet», conclut-il. Vous pouvez contacter Vincent via sa messagerie Facebook au https://www.facebook.com/vincent.godin.12.

La dysphasie, c’est quoi?

La dysphasie est un trouble primaire du langage qui peut affecter la production des sons, la formation des mots, la construction des phrases et la façon de communiquer. Les personnes qui en sont atteintes en ressentent les effets sur les plans personnel, social, scolaire et professionnel.

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar