VégÉcolo s’est retroussé les manches

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
VégÉcolo s’est retroussé les manches
Audrey Sarrazin, Michael Provencher et Judith Sarrazin ont fondé VégÉcolo, située sur le boulevard Gene-H.-Kruger. Photo Archives – Audrey Leblanc

VégÉcolo, qui se veut à la fois un café-boutique zéro déchet et un service de garde alternatif, a elle aussi été affectée par l’arrivée de la pandémie en mars dernier. Les trois jeunes entrepreneurs qui œuvrent aux bons soins de l’entreprise n’ont pas baissé les bras, bien au contraire. Ils ont décidé de faire face à la musique…

«Aussitôt qu’il y a eu le confinement, on a dû diversifier nos services. Rapidement, on a mis sur pied notre livraison de repas, soit par nous-même ou encore avec Uber», explique d’entrée de jeu la copropriétaire, Judith Sarrazin, affiliée à Michaël Provencher et Audrey Sarrazin . «On a apporté plusieurs nouveautés aussi, comme les précommandes pour faciliter l’accessibilité étant donné que notre production était réduite. Dès le début des masques, on a opté pour des entrepreneurs locaux qu’on avait déjà comme fournisseurs.»

«On a ramené la boîte en version 2.0. en remaniant notre marketing web. À la base, VégÉcolo se veut un commerce de proximité qui a pour but de créer des contacts humains et avec la pandémie, on a gardé ces contacts-là, mais avec une certaine distance. Dès la réouverture, on a mis en place des mesures sanitaires qui ont sécurisé notre clientèle.»

VégÉcolo a dû se réaménager au niveau des repas également, en moussant ses menus, toujours en amenant de la nouveauté dite santé et zéro déchet.

«On est très axé sur le développement des affaires alors des idées, nous en avons beaucoup. On a discuté avec Femmessor Mauricie, Innovation et développement économique (IDÉ) Trois-Rivières et le plan de relance économique. On s’est fait aller les méninges et on a pris ça comme un challenge. On a vu beaucoup de nos clients se relayer sur le web», explique-t-elle.

«Lorsqu’ils ont annoncé que les cabanes à sucre n’ouvriraient pas, on a fait un menu spécial «Cabane à sucre» et on a fait la même chose pour la fête de Pâques. On sait que notre clientèle est très familiale alors on a fait des sacs à surprises de Pâques sachant que les gens ne pouvaient pas sortir. Ces idées-là vont rester ancrées chez nous et on a un autre plan en tête pour l’Halloween.»

Boutique et service de garde

VégÉcolo a sa propre boutique où l’on y retrouve, entre autres, des savons, couches lavables, chandelles et brosses à dents artisanales en bambou.

«On s’est servi de notre service de traiteur et de boîtes à lunch pour mousser nos produits lorsqu’on allait à la rencontre des gens. C’est important de le faire parce qu’avant la pandémie, nous étions sur le chemin des gens et maintenant, on doit se rendre à eux», ajoute-t-elle.

«On a aussi mis sur pied des activités zéro déchet et on veut en faire d’autres. On va préparer des chasses au trésor et des énigmes. C’était important pour nous de développer d’autres créneaux. On a écouté notre clientèle à savoir ce qu’elle voulait comme services et comme besoins. Bref, on a découvert plusieurs possibilités à offrir qu’on n’avait pas vu avant dans la routine du quotidien.»

VégÉcolo offre également le service de halte-garderie L’Espace Jeux&Co qui dessert une vingtaine de familles par semaine.

«Même si notre service de garde a fermé, on a gardé le contact avec nos parents via les réseaux sociaux. On a aussi pris des nouvelles des enfants et ç’a porté fruit parce que dès la réouverture du service, on a vu la confiance des parents face à nos mesures mises en place», témoigne Mme Sarrazin.

Maintenant, reste à savoir si la potentielle deuxième vague de la COVID-19 entraînera à nouveau une fermeture des restaurants de la région.

«On est plus préparé qu’en mars dernier, mais c’est pour nos employés que nous avons peur. On sait qu’il va falloir réduire la charge salariale et réduire les heures, et ce, auprès d’employés qui se sont retroussé les manches. Disons que c’est le moral des troupes qui pourrait en prendre un coup», conclut-elle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires