Urgence du CHAUR : 2400 visites en moins

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Urgence du CHAUR : 2400 visites en moins
Centre hospitalier affilié universitaire régional de Trois-Rivières (Photo : Photo archives - Éric Guertin)

L’ouverture de la superclinique de Trois-Rivières, il y a un an, a permis de réduire de près de 2400 le nombre de visites à l’urgence du Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR).

Des données fournies par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) démontrent que l’ouverture de la superclinique, en avril 2018, a eu impact positif sur le nombre de visites et le temps d’attente des urgences à proximité.

Du 1er avril 2018 et le 2 février 2019, on enregistre un total de 24 020 visites ambulatoires (patients qui ne sont pas hospitalisés) à l’urgence du CHAUR, soit 2 393 de moins que l’année précédente.

À Cloutier-du Rivage, on parle de 530 visites en moins à l’urgence. L’écart important entre les deux hôpitaux est dû au fait que l’urgence de l’établissement du secteur Cap-de-la-Madeleine était ouverte uniquement de jour l’été dernier.

Quant à l’hôpital Christ-Roi, à Nicolet, ce sont 2 034 visites en moins qui ont été recensées d’avril à février. Le total des visites ambulatoires à cette urgence pour cette période s’élève à 15 207.

Le CIUSSS observe également une amélioration au niveau du temps d’attente dans ces trois urgences. Au CHAUR, chaque usager s’étant présenté à l’urgence a attendu, en moyenne, 16 minutes de moins. «Multiplié par le nombre d’usagers, ceci représente, pour le CHAUR, une diminution de près de 11 000 heures», précise Guillaume Cliche, agent d’information pour le CIUSSS MCQ.

Pour les centres Cloutier-du-Rivage et Christ-Roi, on parle respectivement d’une diminution moyenne de 29 et de 14 minutes.

Superclinique : objectif dépassé

L’équipe de la superclinique de Trois-Rivières accueille en moyenne 1700 patients par mois.

De son côté, la superclinique de Trois-Rivières accueille mensuellement 1 700 patients qui consultent pour des problèmes de santé mineurs tels que toux, otites et douleurs musculaires.

«Le bouche-à-oreille a fait son œuvre pendant cette première année, mentionne Dre Janie St-Onge. Au début, on avait parfois des places non comblées dans l’horaire et plus l’année a avancé, plus les horaires se comblaient. Maintenant, c’est toujours rempli. Il y a des journées où on est 3-4 médecins à la superclinique.»

Rappelons que le but ultime de cet ajout en Mauricie est de désengorger les urgences. Le ministère de la Santé visait 20 000 visites en un an. Selon Dre St-Onge, cet objectif sera dépassé. «En février, on avait franchi le cap des 18 000 visites depuis l’ouverture», précise-t-elle.

Une vingtaine de médecins

La majorité des patients habitent la région, mais il arrive que certains fassent la route depuis Montréal et Sherbrooke pour obtenir une consultation. «C’est sur rendez-vous, alors les gens n’attendent pas ou presque. C’est la grosse différence avec l’urgence, mentionne Dre Michèle Fournier. Les gens réussissent généralement à avoir un rendez-vous en 24 heures.»

Située sur le boulevard du Carmel, la superclinique est administrée par le groupe de médecine de famille (GMF) du Cap. Au total, une vingtaine de médecins se partagent la tâche, appuyés par une équipe d’infirmiers. «On a accès à un service d’échographie, de radiologie, de prise de sang, etc.», énumère Dre St-Onge.

Des habitudes à changer

Même si l’on observe une diminution du temps d’attente et du nombre de visites à l’urgence, il reste encore du travail à faire pour changer les habitudes bien ancrées.

«On sait qu’il y a encore beaucoup de personnes qui se présentent à l’urgence pour des problèmes qui ne sont pas urgents. Il y a de l’éducation à faire sur ce qui doit être vu à l’urgence et ce qui ne devrait pas l’être», croit Dre Fournier.

«Nous constatons que certains usagers continuent de consulter à l’urgence pour des problèmes de santé non urgents alors qu’ils ont un médecin de famille, renchérit M. Cliche. Il s’agit pourtant du premier réflexe qui devrait être adopté. Ce ne sont pas non plus tous les usagers qui connaissent la superclinique, les moments où ils doivent consulter à cet endroit à la place de l’urgence et la manière d’y prendre un rendez-vous.»

D’ailleurs, la personne au triage de l’urgence a aussi pour mandat de rediriger les gens vers les alternatives possibles comme la superclinique.

***

Pour obtenir un rendez-vous à la superclinique

Pour obtenir un rendez-vous, les gens doivent s’inscrire en ligne ou par téléphone. Les détails se trouvent au gmfrtr.ca ou sur la page Facebook «Superclinique de Trois-Rivières». Les personnes qui préfèrent prendre rendez-vous par téléphone doivent appeler à la centrale de rendez-vous Bonjour-santé, à partir de 19h15, pour un rendez-vous le lendemain au 819 415-2257. À noter que le service est gratuit et ouvert de 8h à 20h tous les jours. Pour faciliter le travail du personnel, les gens sont priés d’apporter la liste complète de leurs médicaments.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de