UQTR : trois femmes d’exception recevront un doctorat honoris causa

Par Rédaction - L'Écho de Maskinongé
UQTR : trois femmes d’exception recevront un doctorat honoris causa

L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) remettra un prestigieux doctorat honoris causa à Huguette Picard, Maryse Lassonde et Nathalie Bondil afin de souligner leurs parcours professionnel et personnel inspirants.

Huguette Picard fait partie des figures pionnières de l’ergothérapie au Québec et au Canada. Défenderesse des intérêts les plus fondateurs de notre société, notamment des personnes vivant avec un handicap ou étant confrontées à des situations de vulnérabilité, la figure d’Huguette Picard est associée de près à la promotion de meilleures pratiques professionnelles dans plusieurs domaines.

Ses implications à l’extérieur du domaine de l’ergothérapie ont contribué à l’amélioration des pratiques professionnelles dans les domaines de la santé, des services sociaux et du droit. Sa vision et ses réalisations professionnelles ont eu des impacts majeurs sur la façon dont la profession d’ergothérapeute est pensée, enseignée et pratiquée à l’échelle nationale.

Détentrice d’un doctorat en neuropsychologie de l’Université Stanford, Maryse Lassonde a été professeure à l’UQTR (1977-1988) et à l’Université de Montréal (1988-2012). Son parcours prolifique et l’importance de sa contribution scientifique aux troubles cognitifs associés à l’épilepsie infantile et aux effets des commotions cérébrales dans le sport ont contribué à provoquer une prise de conscience sur les dangers des traumatismes sportifs.

Titulaire, de 2001 à 2013, de la Chaire de recherche du Canada en neuropsychologie développementale, cette scientifique de très fort calibre a reçu de nombreux prix et distinctions en reconnaissance de son parcours exceptionnel et de ses contributions marquantes à la société.

Enfin, Nathalie Bondil est conservatrice en chef et directrice générale du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Diplômée en histoire de l’art de l’École du Louvre et du prestigieux Corps des conservateurs du patrimoine d’État, elle rejoint le MBAM en 1999. Elle a su faire du musée un lieu humaniste et inclusif dont la valeur éducative et la volonté de proximité permettent de toucher un public plus diversifié et plus jeune, mais aussi d’accueillir quiconque souhaite découvrir et comprendre le monde autrement, en explorant la culture d’expression francophone, son histoire et ses devenirs, à travers les arts.

Elle a également contribué à refaçonner le monde muséal, désormais considéré comme vecteur de progrès social, acteur citoyen et instrument indispensable d’un mieux-être collectif et individuel, et ce, tant au Québec que sur la scène mondiale.

Rappelons que cette distinction est attribuée à une personne extérieure à l’Université, d’une grande renommée, qui s’avère hautement représentative des valeurs éducatives de l’établissement, et qui se signale par son apport scientifique, social, culturel, artistique ou humanitaire exceptionnel.

La remise des doctorats honoris causa se fera lors de la prochaine collation des grades de l’UQTR.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires