UQTR: Les délégués syndicaux recommandent 20 jours de grève

Par Rédaction - L'Écho de Maskinongé
UQTR: Les délégués syndicaux recommandent 20 jours de grève
(Photo : Photo - Archives)

NÉGOCIATIONS. La convention collective des professeurs et des professeures de l’UQTR est échue depuis le 1er juin 2017. Après une vingtaine de rencontres, dont sept en présence du conciliateur désigné par le ministère du Travail, Emploi et Solidarité sociale du Québec, la négociation pour le renouvellement de la convention collective ne va pas dans le sens souhaité par les professeurs.

La lettre d’entente sur la réduction des coûts de la convention collective se termine le 1er juin 2018.

Le 10 avril dernier, la direction de l’UQTR a fait un deuxième dépôt tant attendu par les professeurs. Le premier dépôt, présenté le 13 juin 2017, avait été rejeté par 94 % par les membres du corps professoral.

Ce deuxième dépôt n’a malheureusement guère amélioré les propositions patronales qui restent dans l’ensemble inacceptables aux dires des professeurs.

Voir l’INFO-NÉGO 4 | Le 26 avril, le conseil syndical, qui regroupe les représentants des 26 départements de l’UQTR, a adopté une recommandation du comité exécutif du Syndicat de rejeter les nouvelles propositions de la direction et de poursuivre les négociations pour en arriver à une entente satisfaisante pour les professeurs et le développement de l’UQTR.

Le conseil syndical a aussi convenu de convoquer une assemblée générale extraordinaire le 6 juin prochain afin de se prononcer sur la recommandation de constituer une banque de vingt (20) jours ouvrables de grève à exercer à la discrétion du comité exécutif et selon le cheminement des négociations.

Les professeurs et les professeures sont conscients des problèmes financiers de l’UQTR. D’ailleurs, la lettre d’entente sur la réduction des coûts de la convention collective a permis à l’institution d’économiser près de 3 M$ au cours des deux dernières années. Les demandes des professeurs sont réalistes et concordantes avec les conventions collectives signées récemment dans les autres constituantes du réseau de l’UQ.

Nouveaux professeurs

«Ce que veulent surtout les professeurs, c’est que l’UQTR reste une université à part entière favorisant un enseignement de qualité et le développement de la recherche. Cela est d’autant plus important que les nouvelles règles de financement des universités pour les cinq prochaines années favoriseront les études de cycles supérieurs et que pour en profiter, l’UQTR doit poursuivre l’embauche de nouveaux professeurs», souligne Ismaïl Biskri, président du Syndicat.

Le climat reste toutefois serein et le comité de négociation syndical a demandé de multiplier les rencontres afin de trouver rapidement un terrain d’entente qui éviterait de pénaliser les étudiants et l’économie régionale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires