Une exposition de Marc Séguin à Trois-Rivières en 2020

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Une exposition de Marc Séguin à Trois-Rivières en 2020
Marc Séguin, Ruine 2, 2010, huile, fusain et cendres sur toile, 152,5 x 213 cm (collection particulière). (Photo : courtoisie)

L’artiste de renommée internationale Marc Séguin présentera son exposition Sublime noirceur au Centre d’exposition Raymond-Lasnier du 22 novembre 2020 au 24 janvier 2021.

Dans le cadre de cette exposition, l’artiste multidisciplinaire effectuera un survol de ses réalisations au moyen d’oeuvres choisies parmi les différentes époques et séries de l’artiste. De nouveaux tableaux encore jamais présentés se grefferont aussi à l’exposition.

Sublime noirceur se nourrira des évènements de l’actualité. «Insolente, brutale et même provocante, cette exposition ne laisse pas les visiteurs indifférents. Ceux-ci devront donc accepter de ne pas tout comprendre face à ce que l’artiste propose dans sa démarche, accepter d’être déstabilisés et parfois même heurtés», mentionne Anne-Catherine Léonard, commissaire de l’exposition.

Diplômé en beaux-arts de l’Université Concordia, Marc Séguin est un artiste multidisciplinaire (peinture, cinéma, littérature) qui se fait remarquer depuis sa toute première exposition en 1996. Son travail l’a mené à exposer à New York à plusieurs reprises, en Suisse, en Allemagne, aux États-Unis, en France et dans plusieurs villes canadiennes. Ses tableaux font aussi partie des collections de plusieurs grands musées du Québec.

L’équipe des arts visuels a approché Marc Séguin en 2018. «On a notre liste d’artistes qu’on rêve d’accueillir ici, nos expositions de rêve. Évidemment, ce n’est pas le genre d’artiste à envoyer des appels de dossier. On se garde, chaque année, des plages horaires pour les projets spéciaux. Il faut oser demander», souligne Marie-Andrée Levasseur, directrice des arts visuels chez Culture Trois-Rivières.

«Les œuvres de Marc Séguin nous mettent face à la réalité. Ça peut être bousculant, voire assez brutal. Il ne laisse pas indifférent. Sa venue permet également de démocratiser les arts visuels en donnant accès à une exposition d’envergure ici même en région, à Trois-Rivières. C’est de donner accès au travail de cette artiste aux citoyens, de leur faire découvrir ou redécouvrir son travail fascinant, gratuitement qui plus est», ajoute-t-elle.

Il est évident que cela fait aussi rayonner le Centre d’exposition Raymond-Lasnier. La tenue de cette exposition pourra servir de levier pour les autres artistes, ainsi que dans la présentation d’expositions futures.

En parallèle, l’équipe des arts visuels prépare également une programmation complémentaire destinée aux enfants, aux familles et au grand public en général.

D’ici là, on pourra notamment voir les expositions de Josette Villeneuve (26 janvier au 15 mars), Marie-Fauve Bélanger (26 janvier au 15 mars), Hélène et son mari (5 avril au 14 juin) et Ludovic Boney (5 avril au 14 juin) au Centre d’exposition Raymond-Lasnier.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de