Une étude pour favoriser l’inclusion des enfants en milieu de garde

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Une étude pour favoriser l’inclusion des enfants en milieu de garde
Josée Beaumier du CPE Le Manège des Tout-Petits, le recteur Daniel McMahon et la professeure Carmen Dionne. (Photo : Audrey Leblanc)

TROIS-RIVIÈRES. La professeure Carmen Dionne de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) mène une vaste enquête québécoise auprès des personnes touchées de près ou de loin par l’inclusion des enfants ayant des besoins particuliers dans les milieux de garde.

Au cours des trois prochains mois, l’Enquête provinciale sur les pratiques éducatives inclusives interpellera les parents d’enfants fréquentant un milieu de garde, le personnel éducateur, les gestionnaires des milieux de garde ainsi que les intervenants et dirigeants du milieu scolaire.

Il en sera de même pour les intervenants et gestionnaires des Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) et Centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS).

Les données récoltées permettront de dresser un portrait clair, exact et actuel sur les dimensions jugées importantes à une inclusion réussie. Ces dimensions sont notamment l’intervention éducative et la collaboration avec les parents, les milieux spécialisés et les milieux scolaires.

«À partir de ce portrait-là, on va travailler avec des milieux de garde pour faire des expérimentations visant à améliorations les pratiques inclusives, indique Mme Dionne. Ça pourrait être, par exemple, de se doter d’une politique d’inclusion, de sélectionner et d’implanter une pratique de vigilance du développement ou de mettre en place de nouveaux moyens de travailler avec les partenaires du milieu de la santé et des services sociaux.»

«L’inclusion des enfants qui ont des besoins particuliers, c’est une réalité pour beaucoup de milieux de garde, ajoute cette dernière. La réussite du processus d’inclusion repose sur plusieurs ingrédients. Il est faux de penser que l’inclusion d’un enfant aux besoins particuliers est uniquement l’affaire de la direction, de l’éducatrice ou du parent. Pour qu’on ait une réussite, il faut un travail de collaboration de tous les acteurs.»

Projet de 7 ans

L’Enquête provinciale sur les pratiques éducatives inclusives est la première phase d’un projet de 7 ans financé par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) pour un total de 2 499 522 $.

En plus de Mme Dionne, ce projet implique d’autres chercheurs de l’UQTR, soit Claude Dugas, Annie Paquet, Michel Rousseau et Stéphanie Girard. Des collaborateurs du milieu de la santé et des chercheurs du Québec et des États-Unis participent également à la recherche.

Se joignent à eux plusieurs partenaires, dont le Regroupement des centres de la petite enfance de la Mauricie et du Centre-du-Québec et sept CPE œuvrant en Mauricie, au Centre-du-Québec et en Abitibi-Témiscamingue.

Pour participer à la recherche : https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/gscw031?owa_no_site=5395&owa_no_fiche=24&owa_bottin=

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de