Une entreprise américaine se joint à Raphaël Kiopini

Rédaction Hebdo Journal
Une entreprise américaine se joint à Raphaël Kiopini

Maintenant de plus en plus connu au niveau canadien en sport automobile, le jeune espoir québécois de 19 ans en monoplace, Raphaël Kiopini, aura la chance de représenter une entreprise américaine pour la première fois de sa carrière.

L’appuyant sous les décors depuis le début de la présente saison, JEGS Performance s’est affilié au Trifluvien d’adoption pour ses trois prochaines courses en Formule 1200. Les termes financiers de l’entente n’ont pas été dévoilés, mais selon plusieurs, il s’agit d’un appui majeur qui assurera la continuité du jeune homme.

«JEGS m’offre une très belle opportunité sur le plan marketing et business  pour mon cheminement, très hâte de reprendre le volant», a-t-il commenté.

Le groupe d’actionnaires, dont le siège social est basé dans le Delaware, aura la visibilité complète lors des trois prochaines épreuves du Québécois. Celles-ci auront lieu à huis clos sur la piste du Canadien Tire Motorsport Park, du 17 au 20 septembre prochain. Il s’agira d’une première pour le jeune homme sur ce tracé ontarien.

«Je l’ai étudié sous tous ses angles et j’ai eu la chance d’y gouter par simulateur, à Toronto, la semaine dernière. L’équipe misera sur la vitesse de pointe avec la voiture pour ce circuit», explique-t-il.

Maintenant l’un des inscrits parmi les 13 pilotes au Championnat canadien de Formule 1200, Kiopini ne se cache pas qu’il devra performer s’il veut continuer à garder le groupe d’actionnaires américains à ses côtés, lui qui renouera dans la formule #45 préparée par l’équipe torontoise Vallis Motor Sport.

«L’agence MarkXL Communications m’a grandement aidé a déniché ce volant pour ce week-end. Ils sont excellents et nous allons tout faire pour amener la voiture JEGS le plus haut possible. Notre stratégie semble très bonne.»

Malgré les évènements à huis clos en raison de la Covid-19, le jeune pilote aimerait atteindre, dans quelques années, la plus haute marche de la monoplace en Amérique du Nord, soit la INDYCAR.

«Ce n’est pas un rêve, mais bien un objectif à atteindre dans les futures années de ma carrière. J’ai du plaisir à faire ce que je fais présentement. Je fais partie d’une excellente équipe présentement et avec d’excellents coachs qui ont à cœur la réussite de mon cheminement», conclut-il. (JC)

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires