Une dernière séance comme mairesse par intérim pour Ginette Bellemare

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Une dernière séance comme mairesse par intérim pour Ginette Bellemare
Ginette Bellemare entourée de ses collègues conseillers municipaux. (Photo : Marie-Eve Alarie)

«Quand j’ai commencé mon mandat de conseillère municipale dans l’ancienne ville de Trois-Rivières Ouest en 1997, il y avait 40 000 citoyens, j’avais 20 ans en moins. Yves Lévesque était à mes côtés comme conseiller municipal. Je lui avais dit: «Avec le caractère que j’ai, je m’en vais mairesse dans quelques années!» s’est rappelée avec humour la mairesse suppléante, Ginette Bellemare. 

C’est mardi soir qu’elle présidait sa dernière séance publique à titre de mairesse par intérim de Trois-Rivières, avec un petit pincement au cœur.

Émotive, elle a profité de l’occasion pour remercier les employés, les fonctionnaires ainsi que ses collègues conseillers municipaux pour leur collaboration des huit derniers mois.

«C’est tellement précieux. Je ne voulais pas que la Ville arrête. C’était important qu’on continue et qu’on ne mette pas la ville sur pause pendant cette période de temps. De janvier à mai, on avait de beaux projets et des décisions à prendre. On a fait avancer la ville. On a réussi à aller un peu plus haut et un peu plus loin tous ensemble», soutient Mme Bellemare.

Elle admet avoir pris goût à la tâche. D’ailleurs, si elle devait prendre une décision aujourd’hui concernant une course à la mairie, elle se serait lancée. «Je n’avais pas assez d’assurance en février dernier.»

Ces huit derniers mois, Ginette Bellemare a appris à lâcher prise. C’est qu’elle s’était mis beaucoup de pression sur les épaules lorsqu’elle a dû prendre la relève à la mairie en octobre 2018, lorsqu’Yves Lévesque annonçait qu’il quittait en congé de maladie.

«Je me suis appuyée très fort sur les fonctionnaires et les directeurs généraux adjoints. Ils ont été très présents. Ça a fait en sorte de m’enlever cette pression de mes épaules, cette pression de connaissances que nécessite la mairie. J’étais conseillère municipale. Ce sont des connaissances différentes. J’avais peur de la non-connaissance. À un moment, j’ai compris que je ne pouvais pas tout savoir ni tout faire», raconte-t-elle.

En marge de la séance publique du conseil municipal, Mme Bellemare a remercié les membres du cabinet du maire de l’avoir accompagnée et l’avoir conseillée de façon délicate et efficace.

Par la voix de Maryse Bellemare, conseillère du district de Chavigny, les élus du conseil de ville ont voulu rendre hommage au travail de leur consœur.

«Ginette, tu as su relever le défi avec brio. Prendre ce rôle ne fut pas de tout repos. Ton accompagnement avec nous, les conseillers, fut très apprécié. Les dossiers ville ont continué de progresser et les projets ne sont pas restés sur un coin de table. Ton effort de rallier les gens a porté fruit. Merci Ginette. Bon retour à ton rôle de conseillère et vers ta famille, un peu laissée de côté durant ces huit derniers mois.»

Changer de chaise

Ginette Bellemare retrouve son siège de conseillère municipale du district de Richelieu. Elle admet qu’il y aura une adaptation à faire.

«J’aime mon rôle de conseillère municipale, mais je devrai me réadapter. Je vais offrir ma pleine collaboration à Jean Lamarche, avec mon bagage des derniers mois. Je vais lui offrir cette façon de faire qu’on a établie. Je reviens avec énergie et passion à mon poste…et je vais en profiter pour prendre des vacances!» conclut-elle en riant.

Au terme de son mandat en 2021, Mme Bellemare aura cumulé 20 ans de vie politique municipale.

Et comme elle en avait rêvé à ses débuts en politique municipale, elle aura été mairesse.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de