Un Trifluvien dans la Ligue de hockey junior de l’Ouest

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Un Trifluvien dans la Ligue de hockey junior de l’Ouest
Jacob Boucher a réussi à trouver le fond du filet lors de son premier match cette saison. Photo courtoisie - Erica Perreaux

Plusieurs Trifluviens ont eu la chance de se développer dans la Ligue de hockey junior du Québec (LHJMQ). Par contre, c’est un peu plus rare d’en retrouver dans la Ligue de hockey junior de l’Ontario (OHL), et davantage dans la Ligue de hockey junior de l’Ouest (WHL). Et bien c’est le cas pour Jacob Boucher est déménagé à Legal, en Alberta, à l’âge de 13 ans.

Jacob Boucher venait de terminer sa première année d’études secondaires lorsque le paternel a déniché un emploi en Alberta.

«Je me suis adapté rapidement, mais ç’a été dur de quitter la famille, dont les grands-parents. Côté hockey, ç’a été plus facile. J’ai réussi à percer au Bantam AAA dès ma première année. Je m’étais brisé la main pendant le camp d’entraînement et j’ai quand même fait l’équipe», se souvient-il.

«J’ai ensuite été repêché dans la Ligue de hockey junior de l’Ouest (notamment grâce à sa saison de 19 buts et 24 aides en 36 rencontres). Après deux ans à jouer Midget AAA, je viens de faire le saut dans le junior. Je suis un joueur de 17 ans alors je me suis présenté au camp dans le but de faire l’équipe. J’ai passé un été assez chargé justement pour être fin prêt.»

En effet, le jeune ailier gauche a bien fait au niveau AAA avec les Rangers de Fort Saskatchewan. Il a inscrit 6 buts et 15 passes à sa première saison, avant d’amasser 12 buts et 22 aides lors de la saison suivante. À 15 ans, les Hurricanes de Lethbridge lui avaient offert trois matchs d’expérience où il n’avait pas récolté de point. Cette année, il a remédié à cette situation en marquant dès son premier match.

«C’est une expérience dure à décrire, confie-t-il. C’était incroyable! J’étais comme dans un autre monde après le but. Je tremblais à mon retour au banc et j’avais la chair de poule partout sur le corps. C’est un accomplissement que tu veux avoir quand tu es jeune et que tu pratiques le hockey.»

Saison terminée

Lethbridge connaît un excellent début de saison avec un dossier de huit gains, contre quatre revers et un de plus en surtemps. Malheureusement pour le jeune Boucher, une mise en échec est venue mettre fin à sa saison lors de son deuxième match. Une chirurgie à l’épaule a ensuite été nécessaire.

«J’ai joué juste deux games et on espère revenir pour les séries. Je ne suis pas chanceux, mais ça fait partie de la game. J’en ai pour environ six mois de rétablissement. On ne se décourage pas avec ça. Je perds un an, mais c’est mieux que ça arrive maintenant que dans le futur», témoigne celui qui étudie présentement à la 12e année (qui serait équivalent à si le Québec offrait un secondaire 6).

«On va prendre notre temps dans la réhabilitation, sans trop se presser. On va essayer de revenir le plus rapidement possible, mais sans que ça engendre une autre blessure. Le plus dur, c’est d’être éloigné du hockey pendant une période assez longue. Dans environ quatre semaines, je pouvoir commencer à retravailler les jambes. Ça va passer vite!»

Jacob Boucher se décrit comme un fabricant de jeu, rapide et capable de créer des jeux. Il se qualifie également de petit joueur, mais capable de jouer physique. Il conserve de bons souvenirs de Trois-Rivières.

«J’ai vraiment aimé ma première année à l’École secondaire les Pionniers. J’ai joué au hockey pour l’équipe de l’école et je me suis fait des amis qui le sont encore aujourd’hui. J’ai joué pour les Estacades Pee-Wee AAA aussi.»

«On a dû déménager et ce n’est pas grave. J’ai toujours regardé en avant. Mon rêve, c’est de jouer dans la Ligue nationale de hockey (LNH) un jour. Du moment où l’occasion va se présenter, c’est sûr que je vais faire le push que ça prend pour y parvenir», conclut-il.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de