Un été culturel…mais différent!

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Un été culturel…mais différent!

Même si les grands spectacles et événements se retrouvent annulés cet été, la culture rayonnera à Trois-Rivières durant la belle saison. Culture Trois-Rivières propose une programmation évolutive qui pourra s’ajuster selon l’évolution du déconfinement et des mesures sanitaires qui seront annoncées plus tard cet été.

Les activités se déclineront de façon virtuelle, mais aussi dans les lieux de Culture Trois-Rivières et à l’extérieur. Au programme : spectacles, expositions, balades audioguidées et plus.

«Dès le début du confinement, on a voulu garder la culture vivante en lançant l’initiative #enmodevirtuel. Pour l’été, on voyait qu’on resterait dans le virtuel, mais on souhaitait aussi offrir quelque chose d’autre aux gens. On veut faire redécouvrir Trois-Rivières autrement à notre population locale et régionale», souligne Nancy Kukovica, directrice générale de Culture Trois-Rivières.

La programmation sera évolutive au gré des annonces faites par le gouvernement dans le cadre du déconfinement progressif. Certaines activités commenceront sous peu, mais il n’est pas impossible que d’autres s’ajoutent en cours de route.

Un autre regard sur le patrimoine

Avec la réouverture de Boréalis, l’église St. James et du Manoir Boucher de Niverville, l’animation pourra y reprendre.

Cela inclut les parcours Vues parallèles et Premier Shift. Les visites ont été adaptées avec un modèle audioguidé. L’utilisation des téléphones intelligents sera favorisée, quoique quelques audioguides pourront être mis à la disposition des visiteurs qui ne possèdent pas de téléphone intelligent.

Du côté de Boréalis, trois visites seront disponibles en audioguide : la visite classique, une visite avec un ancien travailleur de la CIP et une visite qui reprendre le personnage de Baptiste Leblanc. La visite classique sera aussi offerte au Manoir Boucher de Niverville. On pourra aussi choisir une visite présentée par Joseph-Claude Boucher de Niverville.

Les visites en compagnie des guides du Musée des Ursulines reprendront à l’église St. James. Toutefois, en raison des mesures sanitaires, la visite se concentrera uniquement sur la chapelle.

Les arts visuels à l’honneur

Le Centre d’exposition Raymond-Lasnier ouvrira ses portes au public à compter du 1er août. On y présentera des œuvres de la Biennale nationale de sculpture contemporaine.

Pour sa part, l’Espace Pauline-Julien conserve, cet été, les installations interactives Metamorphy et Akousmaflore qui étaient déjà présentées avant que la pandémie de COVID-19 ne frappe.

Par ailleurs, des œuvres éphémères réalisées par des artistes d’ici seront installées un peu partout à travers la ville. «C’est l’opportunité de mettre du beau, du ludique et quelque chose de différent aux quatre coins de la ville», indique Mme Kukovica.

Vélos musicaux et piano public de retour

En raison des mesures sanitaires, Culture Trois-Rivières a décidé de rendre disponible un seul piano public cet été. Celui-ci se retrouvera devant l’Espace Pauline-Julien et sera accessible pendant les heures d’ouverture du lieu.

Les vélos musicaux seront aussi de retour au parc Lambert, mais aucune animation n’y est prévue durant l’été afin d’éviter les rassemblements. «Ils seront en auto-utilisation et ne feront pas l’objet d’une désinfection particulière, au même titre que les autres structures du parc. On mise sur la responsabilisation des gens», précise Mme Kukovica.

Et quelques surprises…!

Culture Trois-Rivières réserve quelques surprises qui seront annoncées plus tard cet été.

«Comme il n’y a pas les Concerts champêtres cet été, on réfléchit. Comment pourrait-on aller vers les gens? On a d’autres idées pour faire quelques clins d’œil à gauche et à droite. On commence à penser à d’autres circuits aussi et on a encore certains lieux en dormance, explique Nancy Kukovica. Le contexte actuel nous donne l’occasion de sortir des sentiers battus. Ça amène une belle créativité et on verra ce qui s’en vient avec les mesures de déconfinement.»

«Il faut continuer à tendre l’oreille. On apprenait, il y a quelques jours, qu’on pourrait offrir des spectacles en présentiel avec un maximum de 50 personnes. On se donne quelques jours pour réfléchir à ce qu’on pourrait faire. Ce sont des opportunités à créer», conclut-elle.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de