Un emploi en sol mauricien pour les immigrants

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Un emploi en sol mauricien pour les immigrants
Charles Millard, PDG de la FCCQ, Johanne Hinse, présidente du conseil d'administration de la CCI3R, Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Andréanne Guilbert, directrice générale de la CCI3R, et Guy Gagnon, directeur des ressources humaines chez AAR. (Photo : Stéphanie Paradis)

Le programme Un emploi en sol québécois débarque en Mauricie. La Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières (CCI3R) cherche ainsi à recruter 50 entreprises de la région pour la grande journée de concertation qui se déroulera le vendredi 15 mai prochain, au Complexe Laviolette.

Un emploi en sol québécois, initiative de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), financée par le gouvernement du Québec, vise à favoriser l’intégration en emploi des personnes immigrantes dans les régions du Québec, tout en tentant de régler le problème de pénurie de main-d’œuvre qui frappe la province.

«C’est loin d’être un salon de l’emploi traditionnel. C’est novateur comme façon de faire, c’est humain et c’est respectueux, non seulement du profil de qualifications des personnes immigrantes, mais également des besoins concrets de nos employeurs», déclare Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Le programme est né du constat suivant : 80 % des personnes immigrantes au Québec résident dans la région de Montréal, alors que 55 % des emplois disponibles dans la province se retrouvent à l’extérieur de la métropole.

«Pour faire face aux défis que pose le phénomène de la rareté de main-d’œuvre, nous devons déployer plusieurs stratégies pour que l’intégration des personnes immigrantes soit positive et durable. Votre gouvernement souhaite l’inclusion du plus grand nombre possible de travailleurs afin que tous aient l’occasion de démontrer leurs talents», poursuit le ministre.

«Considérant que la rareté de main-d’œuvre est un enjeu prioritaire pour nos entreprises, et que les personnes immigrantes connaissent peu les occasions qu’offre la Mauricie, je me réjouis que la Chambre trifluvienne agisse concrètement pour les appuyer. Le programme que l’on annonce aujourd’hui s’inscrit parfaitement dans les axes prioritaires de notre organisation, et permettra à des dizaines d’entreprises de la région de faire connaissance avec des candidats très intéressants et déjà qualifiés», a partagé la présidente du conseil d’administration de la CCI3R, Johanne Hinse.

Un maillage entre entreprises et immigrants

Le programme, qui a vu le jour en 2017, accueille généralement à chacune de ses activités entre 30 et 40 immigrants ayant été admis au Québec il y a moins de cinq ans et qui cherchent un travail dans leur domaine. Il amène ceux-ci à découvrir non seulement des entreprises où leurs compétences sont recherchées, mais aussi une communauté d’accueil potentielle.

«Par une utilisation judicieuse de l’intelligence artificielle, le service du programme fait le maillage entre ces candidats et les postes à pourvoir au sein des entreprises de la région», explique Charles Millard, PDG de la FCCQ.

«Ainsi, lorsqu’ils arriveront ici, les candidats auront déjà un, deux ou trois rendez-vous avec divers employeurs. Dans près de la moitié des cas, le maillage est suffisamment précis pour que les recruteurs décident de pousser plus loin le processus par une entrevue plus formelle», ajoute-t-il.

Également, lors de la journée du 15 mai prochain, les immigrants participants auront l’occasion d’entendre le témoignage de personnes immigrantes établies en Mauricie, ainsi que de se joindre à une visite guidée en autobus de la ville de Trois-Rivières afin de découvrir leur potentiel nouveau milieu de vie.

Afin de faire rayonner l’événement dans la région auprès des entreprises, des activités se feront par la Chambre trifluvienne, en plus des organismes du milieu et des centres locaux d’emploi qui seront invités à en faire la promotion. Les Chambres de commerce du Haut-Saint-Maurice, de Shawinigan, des MRC de Maskinongé et de Mékinac, ainsi que la Jeune Chambre de la Mauricie seront mises à contribution.

Les employeurs peuvent s’inscrire gratuitement et ajouter les descriptions de poste, en identifiant les caractéristiques des candidats recherchés, au www.emploisolquebecois.ca.

D’ailleurs, AAR de Trois-Rivières, entreprise de maintenance aéronautique, a déjà répondu présent à l’événement qui se tiendra bientôt en sol mauricien. Étant donné sa récente annonce de projet d’agrandissement, donc de création d’emplois, cet événement tombe à point pour l’entreprise.

En effet, selon Guy Gagnon, directeur des ressources humaines chez AAR, Un emploi en sol québécois viendra faciliter le recrutement de main-d’œuvre afin de poursuivre les opérations à bon rythme et de toujours offrir le même service de qualité aux clients.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de