Un cœur plus léger

Un texte écrit par Lauréanne Martineau-Crète de l’Association des cardiaques de la Mauricie.
Un cœur plus léger

L’année passée, Sophie et moi avons vécu une grande frayeur qui nous a rapprochés davantage comme couple. Parents de deux adorables enfants, nous passions une soirée tranquille quand soudainement, le cœur de Sophie s’est mis à palpiter et elle a senti une douleur importante à sa poitrine. Je me souviens parfaitement c’était le 8 août dernier, vers 22 h. Je ne comprenais pas ce qui se passait, pourtant, elle n’avait rien fait qui sortait de l’ordinaire. Elle avait seulement fait du magasinage et elle était passée chez la coiffeuse. Dès que Sophie m’a mentionné ses symptômes, j’ai pensé à ma tante, qui a des problèmes cardiaques, et nous avons tout de suite décidé d’aller à l’hôpital.

Une fois à l’hôpital, Sophie a rapidement été prise en charge, ce qui à la fois, m’a rassuré et inquiété. Le médecin de garde a fait passer plusieurs examens afin de comprendre ce qu’il se passait. Quelques jours plus tard, le diagnostic d’insuffisance cardiaque est tombé. Ni moi, ni Sophie connaissions cette maladie et comment bien la vivre au quotidien. En partageant nos inquiétudes avec le cardiologue, celui-ci nous a référé à l’Association des cardiaques de la Mauricie (ACMI), afin que l’équipe multidisciplinaire puisse nous accompagner dans notre nouvelle réalité.

Depuis le contact avec l’ACMI, Sophie est devenue membre auprès de cet organisme. Elle a eu la chance d’avoir une évaluation complète de sa condition physique auprès de la kinésiologue. J’ai même eu l’opportunité de pouvoir l’accompagner lors de ses rencontres. La kinésiologue nous a accueillis dans la nouvelle salle « Cœur rythmé », afin de nous montrer comment Sophie doit bien faire les exercices. Aussi, elle nous a donné des trucs pour les adapter à la maison.

Sophie fait régulièrement ses exercices, parfois je l’aide lorsqu’elle a un peu plus de difficulté, mais seulement lorsqu’elle m’en fait la demande. En effet, elle trouvait que j’avais tendance à trop en faire pour elle et que je ne lui laissais pas assez d’autonomie. Elle me disait se sentir infantilisée et qu’elle avait besoin de son mari comme soutien moral et non d’une personne de plus pour lui dire quoi faire. Depuis cette décision, je vois que Sophie prend de l’assurance dans ses capacités et de mon côté, mes épaules sont plus légères. Je me rends compte aujourd’hui que je me mettais une pression inutile. Cette nouvelle réalité nous a permis de travailler sur notre communication et de respecter nos limites personnelles.

Notre couple en est que plus fort ! ♥

Tél.: 819 373-3722

Site web: www.assocdescardiaques.com

Courriel: info@assocdescardiaques.com

Facebook : https://www.facebook.com/assocdescardiaques

 

Prochaine chronique : Entre l’arbre et l’écorce

Toutes les chroniques sont disponibles sur Facebook : https://www.facebook.com/assocdescardiaques/

Chronique financée par : l’Appui Mauricie, Les proches aidants et INFO-AIDANT 1 855 852-7784 / www.lappui.org

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires