Trouble de santé mentale chez un parent: des ateliers pour sortir les enfants de l’isolement

Trouble de santé mentale chez un parent: des ateliers pour sortir les enfants de l’isolement

Josée Bourassa, directrice de l'organisme La Lanterne, et Alyson Dargis, intervenante à La Lanterne et animatrice des ateliers auprès des enfants de 5 à 8 ans

Crédit photo : Marie-Eve Alarie

TROIS-RIVIÈRES. Dès le 13 octobre, l’organisme La Lanterne offrira une série de huit ateliers aux enfants âgés de 5 à 8 ans qui vivent avec un parent atteint de trouble majeur de santé mentale.

«C’est tout nouveau. On est très enthousiaste par ce programme. Les enfants de 5 à 8 ans étaient dans un trou de services, lance Josée Bourassa, directrice de La Lanterne. Ici, on sera les premiers à offrir ces ateliers dans la région, car on porte le projet-pilote. Il y a encore beaucoup de tabous et de préjugés. Il faut les briser. Les enfants ont besoin de sortir de cet isolement, de voir que quelqu’un d’autre de son âge vit la même chose. Le plus difficile pour eux, c’est le sentiment d’être seul.»

«Il faut donner un milieu adéquat aux enfants pour s’exprimer. À cinq ans, on ne comprend pas nécessairement ce qui se passe, poursuit-elle. C’est difficile pour eux de mettre des mots sur le comportement parfois surprenant et incompréhensible de leur parent. Ils peuvent se sentir coupables, ce qui peut les amener à s’isoler. Ça peut également entraîner de l’angoisse et de l’anxiété.»

C’est le Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec qui a mandaté l’organisme de chercher des programmes pertinents et adéquats pour cette clientèle. Au fil des recherches, l’équipe est tombée sur le programme L’Arbre en cœur.

Développé par la Trifluvienne Manon Jean, ce programme mise sur les méthodes de la météo intérieure et du massage caméléon afin d’aider les enfants à relaxer et à prendre pleinement conscience de leur corps et leurs émotions.

«L’idée, c’est que l’enfant vivant avec un parent atteint de trouble majeur de santé mentale arrive à reconnaître les émotions qui l’habitent et de prendre le recul pour comprendre l’impact de ces émotions dans son corps et, ainsi, les accueillir. Manon Jean travaille avec des experts de l’Europe et des chercheurs en psychologie de l’Université du Québec à Trois-Rivières qui mesurent l’impact du programme sur les parents et sur les enfants. Il s’agit d’un programme universel qui colle à notre clientèle», soutient Mme Bourassa.

L’Arbre en cœur est déjà utilisé dans plusieurs écoles et Centre de la petite d’enfant du Québec. Des institutions de la France et de la Belgique l’utilisent aussi. Maintenant qu’il est reconnu par le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, il pourra être exploité dans d’autres associations de soutien aux proches de personnes souffrant d’un trouble de la santé mentale de la région.

La météo intérieure

Ce programme repose en partie sur la méthode de la météo intérieure. Cette technique se veut un outil imagé et ludique où chaque émotion est associée à une météo différente. Par exemple, l’arc-en-ciel consiste en un mélange de joie et de tristesse.

Alyson Dargis

«On joue avec cet outil par le biais d’histoires, de mimes, de techniques de respiration et par le dessin. On essaie aussi d’échanger avec les parents», indique Alyson Dargis, intervenante à La Lanterne et animatrice des ateliers auprès des enfants.

Plusieurs thèmes, tels que la prise de conscience des réactions automatiques, la faculté d’attention et l’acceptation de ce qu’on ne peut pas contrôler, sont explorés de façon ludique.

«C’est important de s’amuser dans le processus. Chaque atelier dure entre une heure et une heure et demie, ce qui inclut une collation, un peu de temps libre, du dessin et beaucoup d’échanges. On veut aussi que les 30 dernières minutes se déroulent conjointement avec les parents, lorsque ça s’y prêtera», précise Alyson Dargis.

Le massage caméléon, soit une technique d’auto-massage, est aussi montré aux enfants, tout comme à leurs parents. «L’auto-massage a pour but qu’il se sente mieux et qu’il puisse le répéter chez lui dans une période où il en a besoin pour relaxer, explique l’intervenante. On montre aussi la technique au parent, de sorte que l’enfant peut aussi le faire au parent et vice-versa. Ça peut s’intégrer dans une routine de relaxation.»

Les ados dans la mire

Après les Fêtes, La Lanterne souhaite offrir le même programme, quoique légèrement adapté, aux enfants âgés entre 9 et 12 ans. L’organisme veut également travailler sur une offre de services pour les adolescents.

Pour s’inscrire ou obtenir plus d’informations: 819 693-2841

***

Ailleurs dans la région

Le programme sera également offert dans d’autres points de service du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre du Québec au cours des prochains mois:

  • Le Périscope (Grand-Mère)
  • Le Gyroscope (Louiseville)
  • La Passerelle (Bécancour)
  • Association Le PAS (Victoriaville)
  • L’APPAMM-Drummond (Drummondville)

Poster un Commentaire

avatar