Trois Trifluviens au Jamboree scout mondial

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Trois Trifluviens au Jamboree scout mondial
Chantal Toutant, Tahila Jourdain et Nicolas Vachon avant leur départ pour le Jamboree scout mondial (Photo : Marie-Eve Alarie)

Tahila Jourdain, Chantal Toutant et son fils Nicolas Vachon vivent présentement l’expérience d’une vie. Les trois membres de Premier Scout, à Trois-Rivières, participent actuellement au Jamboree scout mondial qui se déroule aux États-Unis.

Jusqu’au 2 août, les trois Trifluviens se retrouvent parmi près de 40 000 autres scouts provenant des quatre coins de la planète pour cet événement qui se tient tous les quatre ans.

C’est l’occasion pour les jeunes scouts du monde entier de se réunir et de célébrer ensemble le fait d’être membre du plus grand mouvement de jeunes au monde et d’échanger et de partager leur culture respective.

C’est la première fois que l’événement a lieu en Amérique du Nord depuis les années 1980, ce qui représentait une opportunité en or pour le trio d’y prendre part.

C’est d’ailleurs au Jamboree scout canadien, il y a deux ans, que Tahila, Chantal et Nicolas avaient entendu parler du Jamboree mondial de 2019.

«Il y avait un kiosque sur le Jamboree mondial. On trouvait ça impressionnant. Ça semblait très très gros, mais excitant en même temps. On a commencé à s’informer, puisqu’il fallait aussi avoir les jeunes nécessaires pour monter une patrouille afin d’y participer. Ça représente aussi des coûts de près de 4000$ par personne. On amasse notre argent depuis décembre 2017», raconte Chantal Toutant, animatrice scoute à Trois-Rivières depuis 2011 et leader de patrouille au Jamboree scout mondial.

«Ça a demandé toute une organisation» – Chantal Toutant

Car ne va pas au Jamboree scout mondial qui veut! Chantal Toutant et Tahila Jourdain, également animatrice scoute de longue date, ont dû passer par un processus d’entrevue assez pointu.

«Mon entrevue a duré une heure, raconte Chantal Toutant. Il s’agissait de questions pointues avec des mises en situation. Comme on avait de la difficulté à compléter la patrouille, on m’a aussi questionnée sur ce que je comptais faire pour la compléter. Il fallait également qu’on rencontre un médecin pour faire évaluer notre indice de masse corporelle. Le médecin devait indiquer si on était apte à y aller ou non, car on doit parfois marcher pendant une heure pour se rendre à des activités.»

Pour sa part, Tahila Jourdain s’est plutôt fait questionner en lien avec les difficultés du jeune qu’elle accompagne, puisque le scout en question a un handicap visuel. «On m’a aussi posé des questions sur mon expérience de vie. Comme je suis éducatrice spécialisée et que je connais déjà le jeune que j’accompagne, ça a aidé. C’est intéressant de voir que même si c’est un très gros événement, les enfants ayant des difficultés particulières peuvent tout de même y participer. C’est en forêt, mais ils pourront y avoir accès parce qu’ils ont des accompagnateurs dédiés», note-t-elle.

Il y avait également une réunion chaque mois par le biais d’Internet pour permettre de se préparer à l’événement.

Un tour du monde en Virginie Occidentale

L’unité dans laquelle fait partie leur patrouille regroupe également une patrouille de l’Alberta, une de l’Ontario et de la Colombie-Britannique. Une soixantaine de scouts du Québec seront de ce rendez-vous mondial.

Sur place, les participants campent dans des tentes pendant les deux semaines du Jamboree. De nombreuses activités leur sont proposées: rafting, randonnée en forêt, escalade, skateboard, vélo de montagne, kayak et plus.

«Je m’attends à faire beaucoup de rencontres. C’est aussi une belle occasion de se pratiquer à parler en anglais et à apprendre des techniques d’ailleurs. Quand on pense à la nourriture, par exemple, on pourra se promener de campement en campement pour manger et découvrir des plats d’ailleurs. Ça permet de faire de bons échanges culturels. Il y a des scouts de partout dans le monde. L’ambiance devrait être incroyable», soulignait Nicolas Vachon la veille de leur départ.

«C’est comme un voyage autour du monde, mais en Virginie Occidentale», fait remarquer Chantal Toutant.

Les deux animatrices, devenues des adeptes des badges scouts, profiteront aussi de l’occasion pour échanger des badges avec des patrouilles de partout à travers le monde pour garnir leur collection. D’ailleurs, elles ont fait créer un badge qui représente Trois-Rivières et qu’elles pourront échanger aux autres adeptes sur place.

La veille de leur départ, Chantal, Tahila et Nicolas étaient fébriles. «Quand, dans ta vie, as-tu la chance d’aller à un endroit où il y a des gens de 150 pays? On va entendre toutes sortes de langues, découvrir des cultures, des pratiques. On sera inondé par la culture de 150 pays», lance Tahila Jourdain.

«Ça fait plusieurs années qu’on se dit qu’on veut sortir de Trois-Rivières pour rencontrer des gens. On va apprendre à en connaître de partout. En ce qui me concerne, je n’ai jamais voyagé. Ce sera enrichissant. Je m’attends aussi à de belles amitiés qui se développeront dans notre unité. Et c’est la dernière année que mon fils peut participer au Jamboree mondial. Je suis heureuse de vivre ça avec lui», conclut Chantal Toutant.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de