Trois-Rivières: un excédent de 10,2 M$ en 2019

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Trois-Rivières: un excédent de 10,2 M$ en 2019
(Photo : archives)

La Ville de Trois-Rivières a dégagé un excédent de fonctionnement de l’ordre de 10,2 M$ en 2019, soit 3,73% du budget de 274,3 M$.

Cet excédent s’explique notamment par des revenus de 4,1 M$ supérieurs à ceux qui avaient été budgétés. Ces revenus proviennent des droits de mutation, de ventes de terrain et intérêts sur placements. La Ville a également fait face à des dépenses moins importantes de 6,1 M$ que celles anticipées, dont presque la moitié est associée à la masse salariale.

«Prenons l’exemple des ressources humaines. Avec la crise de l’employabilité en 2019, on n’a pas pu embaucher tout le personnel que l’on aurait voulu, ce qui a entraîné des excédents. Il y a également eu des départs à la retraite», précise le maire Jean Lamarche.

La planification de la vidange des étangs aérés, la mise en place d’une politique sur l’utilisation de ses excédents cumulés, un remboursement spécial d’Hydro-Québec et une remise additionnelle de 500 000$ de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie provenant de la redevance sur les produits d’emballage ont également entraîné des économies.

En revanche, la Ville a dû faire face à des dépenses supplémentaires, notamment en ce qui a trait au déneigement (800 000$) et le financement comptant de certaines immobilisations (800 000$).

Il s’agit d’un excédent «raisonnable» pour l’administration municipale. «On vise un excédent de fonctionnement entre 2% et 5%. Ça nous donne une petite marge de manœuvre pour l’année suivante. Il faut relativiser le montant de 10,2 M$. Concrètement, c’est peu sur le total de notre budget», soutient le maire.

Un coup de pouce pour atténuer les impacts de la COVID-19

Une partie de l’excédent, plus précisément 2 903 933$, sera affectée aux risques d’opération. Cette réserve financière peut être utilisée lors d’imprévus, comme des inondations, des vents violents et, également, pour atténuer certains impacts entraînés par la COVID-19.

D’après les différents scénarios réalisés par la Ville, la crise de la COVID-19 pourrait avoir un impact variant entre 2 M$ et 5 M$ sur le budget 2020 de la Ville de Trois-Rivières.

Lors d’un webinaire tenu dans le cadre d’une activité de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières jeudi dernier, la directrice générale de la Ville, France Cinq-Mars, soulignait que la pression exercée par la crise sur les dépenses a un impact sur les dépenses générales de 2020. Si certains revenus espérés ne seront pas au rendez-vous, l’annulation de plusieurs activités devrait, en contrepartie, générer des économies.

Le fonds affecté aux risques d’opération sera mis à contribution, si nécessaire.

Aréna Jean-Guy Talbot

Notons aussi que 550 000$ des 10,2 M$ seront transférés dans un excédent de fonctionnement affecté à la réhabilitation de l’aréna Jean-Guy Talbot.

Pas de faux espoirs, cependant : il n’est pas question de sauver l’aréna Jean-Guy Talbot, mais plutôt d’y effectuer des travaux de préservation.

«Avant de procéder à la démolition, il faut préserver les installations électriques qui servent, entre autres, pour le dekhockey et à d’autres fins. On souhaite les préserver», indique M. Lamarche.

Les travaux de préservations sont estimés à 150 000$, tandis que le reste de la somme, 400 000$, ira aux travaux de démolition.

Une somme de 2 557 000$ de l’excédent va au remboursement de la dette de la Ville de Trois-Rivières, conformément à la politique de remboursement de la dette. La dette à long terme à l’ensemble de la Ville totalisait 243,1 M$ au 31 décembre 2019.

Par ailleurs, un montant 670 115$ est affecté au déneigement, tandis que 1 376 116$ seront consacrés au nettoyage des étangs aérés.  Une somme de 319 000$ sera destinée aux élections, 72 000$ aux litiges ou éventualités, et 68 880$ au vérificateur général.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de