Trois-Rivières: un député…encore à déterminer

Audrey Leblanc, Jonathan Cossette et Marie-Eve Alarie

Trois-Rivières: un député…encore à déterminer
(Photo : (Photo Depositphotos))

Yves Lévesque (Parti conservateur), René Villemure (Bloc Québécois) et Martin Francoeur (Parti libéral) se sont échangé l’avance dans la circonscription de Trois-Rivières toute la soirée durant. Au terme du dépouillement, Yves Lévesque affichait une très faible avance… mais il faudra attendre le dépouillement du vote postal, cette semaine, pour connaître officiellement l’identité du nouveau député de Trois-Rivières.

Un peu après 1h dans la nuit, Yves Lévesque et René Villemure étaient nez à nez avec respectivement 10 730 et 10 640 votes. Martin Francoeur suivait de près avec 10 483 votes.

Toutefois, 2476 bulletins de vote ont été reçus par la poste dans la circonscription de Trois-Rivières, de sorte que le résultat officiel ne sera connu que mercredi.

« Chaque vote compte »

En avance d’à peine quelques voix peu après minuit, le candidat conservateur Yves Lévesque s’est adressé à la presse et aux militants venus le soutenir en cette soirée électorale. « Quand on dit que chaque vote compte, chaque vote compte, a-t-il lancé d’entrée de jeu. On le prouve encore une fois ce soir. La dernière fois, on a fini troisième. Cette année, on est premier pour l’instant, mais seulement avec 15 votes. Ce n’est pas gagné, mais je tiens à remercier tous les citoyens de Trois-Rivières qui sont allés voter. »

« On arrive au même résultat qu’avant les élections, a-t-il ajouté. Pour moi, c’est inacceptable. Si je suis élu, je vais prendre ce poste avec honneur et privilège pour défendre les intérêts des Trifluviens. »

Advenant une deuxième défaite pour lui, M. Lévesque se dit tout de même satisfait du travail accompli durant la campagne. « J’ai eu du plaisir à revoir les citoyens. C’est quelque chose qui m’avait manqué », confie-t-il.

« On fait quand même des gains en devenant la première opposition à Ottawa, fait-il remarquer. Notre rôle dans l’opposition sera d’informer les gens sur le bilan du gouvernement en place. On a des enjeux importants devant nous. Il faut remettre l’économie sur les rails. On a des défis au niveau de l’inflation, de l’environnement, auprès des organismes communautaires. Notre rôle sera de poser des questions et de mettre de l’avant ces enjeux pour nos citoyens. Soyez assurés que si je suis élu, on va poser les bonnes questions. »

« On savait que ce serait serré »

De son côté, René Villemure était accompagné de la députée sortante du Bloc Québécois élue en 2019, Louise Charbonneau. « Pour être excitant, ça ne pouvait pas être plus excitant. Est-ce qu’on aurait voulu gagner plutôt? Oui, mais bon, c’est marquant. Ce qu’il faut bien voir, c’est que le vote est serré à Trois-Rivières et ça prouve qu’il y a des idées différentes à Trois-Rivières. J’ai voulu faire une campagne propre et on l’a fait », a témoigné le candidat du Bloc Québécois.

« On savait que ce serait serré et qu’il y avait beaucoup de votes postaux. On pensait avoir une petite idée à minuit et 15 minutes, mais pas aussi imprécise parce qu’on parle de quelques dizaines de votes seulement. L’impression sur le terrain est très bonne et reste à voir ce que ça va donner. Je le répète: chaque vote compte et c’est l’illustration parfaite de l’expression. »

« Je garde les doigts croisés »

Dans le clan libéral, l’espoir subsiste devant les 2476 votes par la poste qu’il reste à comptabiliser. « J’en ai vu des soirées électorales qui finissent tard, mais en vivre une de cette façon, ça m’a fait passer par toute une gamme d’émotions. Je suis encore confiant. On verra ce qui arrivera au terme du vote postal », a commenté le candidat libéral, Martin Francoeur.

Ce dernier estime que plusieurs facteurs sont venus influencer l’opinion publique dans les dernières semaines, dont les déclarations de François Legault et le débat en anglais. « Ce sont des facteurs qui ont fait tirer la couverture tantôt pour le Bloc, tantôt pour les Conservateurs. La performance de Justin Trudeau dans les débats a aussi joué. J’ai tenté de faire une campagne sur le terrain pour rencontrer le plus de monde possible, mais à un moment, ça a ses limites », analyse-t-il.

Justin Trudeau (Parti libéral) a été réélu comme premier ministre d’un gouvernement libéral minoritaire. Le portrait politique a d’ailleurs peu changé à travers le pays. Les chefs Jagmeet Singh, Yves-François Blanchet et Erin O’Toole ont également été réélus dans leur circonscription respective.

« Ça va forcer le gouvernement libéral à travailler avec les autres partis en Chambre. Il faut favoriser le travail transpartisan. J’y crois beaucoup. Par ailleurs, cette division au pays était aussi remarquable en 2019. De mon côté, j’ai mené cette campagne comme je l’ai voulu. Je n’ai aucun regret de m’être lancé en politique. C’est l’expérience la plus enrichissante de ma vie sur le plan humain », conclut-il.

Le candidat du Nouveau Parti démocratique, Adis Simidzija, a récolté 9% des votes, tandis que Jean Landry (Parti populaire), Andrew Holman (Parti vert) et Gilles Brodeur (Parti libre) ont respectivement hérité de 2,2%, 1,4% et 1,3% des votes.

Ailleurs dans la région, Yves Perron s’est fait réélire avec 35,2% des votes devant la néodémocrate Ruth Ellen Brosseau.  Dans le comté de Saint-Maurice – Champlain, le libéral François-Philippe Champagne a défendu son siège et a été réélu avec 41% des votes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires