Train à grande fréquence : pas tout de suite

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Train à grande fréquence : pas tout de suite
(Photo : Archives)

TRANSPORT. Force est de constater qu’il faudra encore être patient avant d’entendre siffler le train à grande fréquence à Trois-Rivières. Le gouvernement Trudeau a dévoilé son budget mardi après-midi et le déploiement du projet de VIA Rail n’en fait pas partie. Ottawa prévoit, par contre, 8 millions de dollars pour étudier l’implantation du train.

Plusieurs y ont cru, dont le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, qui s’était préparé à la construction d’une gare. Il avait déjà présenté deux projets à VIA Rail pour l’emplacement de cette future infrastructure. L’un concerne l’ancienne gare située en plein cœur du centre-ville et l’autre, le District 55.

Rappelons que le développement du corridor Québec-Windsor a fait le tour des manchettes à maintes reprises depuis les années 80. Le projet est évalué à 5,25 milliards $ et permettrait de se rendre en plein cœur de Montréal ou de Québec en moins de 45 minutes.

«Il n’y a rien pour le train à grande fréquence, sauf que le gouvernement Trudeau entend poursuivre l’étude du projet. On a déjà toutes les données en main, on n’a pas besoin d’études supplémentaires», affirme le député néo-démocrate de Trois-Rivières, Robert Aubin.

Le député ajoute qu’il a hâte de voir si l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) pourra bénéficier des sommes allouées dans le budget pour la recherche. Le député est aussi bien curieux de voir quand et comment le gouvernement s’y prendre pour éliminer les inégalités entre les sexes

À la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières (CCI3R), on s’attendait à plus, mais la présidente, Amélie St-Pierre, se réjouit toutefois du fait qu’un montant de 8 millions $ figure au budget fédéral pour une étude sur l’implantation du projet.

«Ça fait 30 ans que la Chambre mène ce dossier de front. On entretenait de beaux espoirs considérant que les gouvernements du Québec et du Canada avaient appuyé le projet avant le dépôt du budget. Ça fait également un an et demi qu’une plus grande mobilisation est faite autour de ce projet. On s’attendait à plus, mais ça demeure positif puisque ça signifie qu’il y aura une suite au projet», commente-t-elle.

Plus de réactions à venir.

Avec la collaboration de Marie-Ève Alarie.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de