Stickhandling FB 3Riv: Un succès sur toute la ligne

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Stickhandling FB 3Riv: Un succès sur toute la ligne
Jérémy Manseau et François Borduas ont travaillé de concert afin que le tout premier camp Stickhandling FB 3Riv soit un succès. Photo courtoisie - Stickhandling FB 3Riv

Plus de 50 joueurs se sont inscrits au premier camp d’été Stickhandling FB 3Riv, orchestré par François Borduas. Ce dernier avait jeté son dévolu sur le Trifluvien Jérémy Manseau à titre d’entraîneur-chef.

François Borduas n’a plus besoin de présentation dans le monde du hockey. Il est un entraîneur d’habiletés individuelles de renom, ayant même aidé des Anthony Beauvillier, Mathieu Joseph et Frédérick Gaudreau à atteindre la Ligue nationale de hockey (LNH).

«François (Borduas) est un des meilleurs skills coach au Québec. Je me suis d’ailleurs entraîné avec lui en tant que joueur pendant deux étés et j’ai vraiment aimé sa façon de procéder, sa vision et sa façon de monter ses pratiques», confie le Trifluvien.

Au final, le jeune Manseau aura eu trois groupes sous son aile cet été, soit Novice/Atome, Pee-Wee/Bantam et Midget/Junior.

«J’ai vraiment passé un bel été et les joueurs aussi», lance-t-il fièrement. «À vrai dire, je n’ai pas vu passer l’été! (Rires). C’est le fun et très excitant comme expérience. J’ai eu en moyenne 15 joueurs par groupe et 52 au total. Ils sont très contents du résultat.»

«J’ai eu la chance de travailler avec des passionnés qui voulaient s’améliorer alors ça rend ma job plus facile lorsque les joueurs sont là pour les bonnes raisons. Je suis content aussi d’avoir pu constater leur progression du début du camp jusqu’à la fin. Je vais les suivre de loin cet hiver, car la plupart reviennent l’an prochain.»

Le camp s’est étiré sur une période de quatre semaines – à raison de trois pratiques par semaine – pour les deux plus vieux groupes, tandis que les joueurs de catégorie Novice/Atome ont eu droit à neuf séances d’entraînement durant trois semaines.

«Notre objectif est de développer des joueurs de hockey et c’est ce que nous avons réussi à faire. Les jeunes voulaient s’améliorer peu importe leur âge et on a réussi à le faire dans une ambiance qui était très enrichissante et amusante. Ça faisait partie de nos objectifs de voir les joueurs sortir avec des sourires à la fin des pratiques et ce fut le cas dans tous nos groupes.»

Celui qui vient de mettre un terme à sa carrière junior avec les Cataractes de Shawinigan était déjà habité par un profond désir de devenir entraîneur dans le futur.

«Ma passion était déjà très forte et je suis convaincu, intérieurement, que je veux en faire carrière plus tard. Je n’avais pas l’impression de travailler et je suis content d’avoir pu transmettre mes connaissances à ces joueurs-là. Merci à François Borduas, car c’est grâce à lui qu’on a pu ouvrir son camp à Trois-Rivières. Merci aux joueurs, mais à leurs parents également de m’avoir fait confiance», a-t-il ajouté.

«Je suis chanceux d’avoir pu m’associer à un nom aussi connu dans le coaching que celui de François Borduas. On a apporté en Mauricie ce qu’on n’avait jamais vraiment vu et nous avons eu des joueurs de hauts calibres comme Xavier Filion (Chicoutimi), Jacob Rabouin (Sherbrooke) et Alexandre Gauthier (Shawinigan). On était constamment en communication et nous avons partagé nos idées. C’est vraiment un avantage pour moi de l’avoir eu à mes côtés.»

Direction McGill

Le jeune Manseau ne pourra pas se reposer puisqu’il doit prendre la route de l’Université McGill. Il y fera ses débuts en tant que joueur de hockey universitaire.

«Les joueurs commencent à pratiquer à la fin du mois d’août et les coachs nous rejoignent en septembre. J’ai fait face à un nouveau défi cet été en tant que coach, et là ce sera un autre nouveau défi pour moi en tant qu’hockeyeur universitaire», confie celui qui est inscrit au programme d’Éducation physique.

«Le hockey junior a été important dans ma vie et c’est lui qui m’a conduit ici. Je remercie tout le monde qui m’a offert ma chance et ce fut de très belles expériences. Je suis très content d’avoir pu jouer à Shawinigan ces deux dernières années et j’en remercie encore Martin Mondou. Le junior m’aura servi de pouvoir rentrer à McGill pour y poursuivre ma passion et de pouvoir aller me chercher un diplôme», conclut-il.

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de