Patrick Ayotte entame un nouveau chapitre à l’Association régionale de soccer de la Mauricie

Photo de jcossette
Par jcossette
Patrick Ayotte entame un nouveau chapitre à l’Association régionale de soccer de la Mauricie
Patrick Ayotte, qui a passé plus de 25 ans au Cap-de-la-Madeleine, est fier de rentrer à la maison. (Photo : courtoisie - Patrick Ayotte)

Après avoir occupé le poste de directeur général du Club de soccer Noir et Or de Lanaudière-Nord, Patrick Ayotte rentre en Mauricie puisqu’il a accepté le poste de directeur général de l’Association régionale de soccer (ARS) de la Mauricie. Il aura du pain sur la planche puisque le poste était vacant depuis le mois de juin.

Celui qui a passé plus de 25 ans au Cap-de-la-Madeleine est fier de rentrer à la maison. « Mon père est encore ici et on venait régulièrement. J’ai joué mon soccer ici, au juvénile avec les Météores, à Francheville et aux Diablos. Ensuite, nous sommes déménagés dans Lanaudière pour des raisons familiales. J’ai décidé de revenir lorsque j’ai vu que le poste était affiché. J’ai postulé dessus! Bon, je n’avais jamais appliqué sur un travail en Mauricie depuis 12 ans, mais là, je me suis dit que le temps était venu », lance-t-il d’entrée de jeu.

« Ça fait 12 ans que j’étais directeur d’un club. À mes débuts à l’Assomption, on était tout près de 1000 joueurs. En 2019, on a fusionné avec le Laser de Joliette alors c’est devenu un club de 2900 joueurs. J’ai toujours été en club et maintenant, je vais travailler au sein d’une association. Ça reste un poste de directeur général, mais ce ne sont pas du tout les mêmes fonctions. Je vais m’occuper de quatre clubs, donc Trois-Rivières, Soccer INTER, Énergie Centre-Mauricie et les Chevaliers de Notre-Dame-du-Mont-Carmel. Mon mandat, ça va être de gérer les clubs. »

En mars dernier, Durnick Jean avait été relevé de ses fonctions de directeur général, lui qui avait eu une grande vague de soutien face à son congédiement. Par la suite, Sophie Poujade avait démissionné du même poste à la fin du mois de juin.

« Il y a plusieurs défis au menu. Un de mes premiers mandats, c’est que je veux être à l’écoute des clubs. Il y a des clubs plus gros d’autres, mais pour moi, ils ont tous la même importance », ajoute-t-il. « Je veux savoir leurs besoins et me rapprocher d’eux, même chose pour les joueurs, que ce soit un joueur U4 ou un joueur AAA du Club de soccer de Trois-Rivières (CSTR). Il faut aller cibler leurs besoins et les accompagner là-dedans, que ce soit le joueur de cinq ans ou l’adulte qui joue encore au soccer à 40 et plus. »

« La pandémie a fait mal au sport (inscriptions de soccer), comme ce fut le cas dans tous les sports. Par contre, le soccer demeure la fédération qui comptait le plus de gens avant la pandémie. Cette année, il y aura une Coupe du Monde de soccer et ça engendre toujours une effervescence sur les inscriptions. En plus, le Canada y participe pour la première fois depuis 1986 alors on s’attend vraiment à une popularité pour le soccer dans les prochains mois. »

Une de ses premières tâches sera de relancer la ligue senior qui était établie depuis quelques années. Le nouveau directeur général n’écarte pas non plus de mettre sur pied une ligue juvénile si la demande émerge.

« Je suis très excité et j’étais bien en club, même que j’aurais pu rester en club. Or, j’aime le défi et l’effet en ce moment, tout nouveau tout beau. C’est ultra excitant et on a déjà une belle équipe en place, en plus du conseil d’administration qui est derrière nous. Ça va être à moi de mobiliser les gens en place et d’amener la Mauricie aux standards qu’elle a toujours connus, soit de redevenir une référence au Québec. On n’a aucune raison qu’elle ne redevienne pas une référence au Québec », conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires