Le Grand Prix a la volonté d’être plus vert

Photo de jcossette
Par jcossette
Le Grand Prix a la volonté d’être plus vert
Rappelons que pour compenser les gaz à effet de serre émis par les voitures, plus de 200 végétaux ont été plantés à l'École secondaire Chavigny ces dernières années.  (Photo : courtoisie - Archives)

Dans l’optique d’être de plus en plus vert, le Grand Prix de Trois-Rivières ajoute de nouvelles cordes à son arc cet été.

Dans un premier temps, les bouteilles de plastique seront éliminées du site grâce à un partenariat avec SoluCan, de sorte que les bouteilles d’eau en plastique seront remplacées par des canettes d’eau. 

« On va de l’avant avec les cannettes d’eau qui se veulent entièrement recyclables. Pour ce qui est des concessions alimentaires, on entend remplacer tout ce qui est ustensiles par des ustensiles de bois et tout ce qui est styromousses et plastiques par des produits en fibre, en pâte. De plus, la firme RPM Eco travaillera avec nous également en récupérant et recyclant le plastique de tout ce qui est contenants d’huile de fluides automobiles utilisés par les équipes. On travaille aussi avec XPN afin d’arriver avec une boisson à l’électrolyte, en canette, pour nos nombreux bénévoles qui travaillent beaucoup afin de les garder hydratés », explique le directeur général du Grand Prix de Trois-Rivières, Dominic Fugère.

« Par ailleurs, notre fournisseur d’équipements lourds Lionel Deshaies va utiliser un biodiesel pur à 100% produit au Québec. Dans la même lignée, nous utiliserons aussi un carburant sans matière fossile dans nos voitures du Défi Urbain Chevrolet. Je ne sais pas si l’avenir est à la voiture électrique, mais je sais que ce genre de carburant intelligent et écoresponsable pourrait être une partie de la solution pour continuer de réduire les impacts des transports quant aux gaz à effets de serre. »

Produit à base de carbone capturé, d’hydrogène vert généré via l’électrolyse et d’alcools complexes distillés à partir de biomasse secondaire issue de rejets agricoles, ce carburant permet d’accentuer le développement de technologies qui contribueront à la décarbonation des transports, affirme M. Fugère, tout en valorisant le parc automobile actuel propulsé par moteur à combustion interne.

« Un de nos partenaires, la Société de gestion des huiles usagées du Québec, sera sur place pour faire connaître leurs activités et prendre connaissance de nos activités. Notre objectif est vraiment de réduire jusqu’à 80% des matières résiduelles envoyées au site d’enfouissement », conclut le directeur général.

Rappelons que pour compenser les gaz à effet de serre émis par les voitures, plus de 200 végétaux ont été plantés à l’École secondaire Chavigny ces dernières années. 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires