Le Centre d’Adrénaline Urbaine impressionne

Photo de jcossette
Par jcossette
Le Centre d’Adrénaline Urbaine impressionne
Le tout nouveau Centre d’Adrénaline Urbaine est fin prêt et ses premiers visiteurs pourront s’y rendre dès le 6 juillet prochain. (Photo : Jonathan Cossettejcossette@lhebdojournal.com)

Le tout nouveau Centre d’Adrénaline Urbaine vous impressionne par sa vue de l’autoroute? Sachez qu’il est fin prêt et ses premiers visiteurs pourront s’y rendre dès le 6 juillet prochain.

C’était une grande journée pour cet entrepreneur rêveur, mais fonceur, qu’est Francis-Olivier Jutras. Le tout nouveau centre a été officiellement inauguré devant plusieurs invités et partenaires du projet, en plus des médias. À l’étage, on y retrouve une espace pour trottinettes et BMX, un mur d’escalade et un parc à skates, en plus d’un parcours de style « Ninja Warrior », incluant les fameux murs d’arrivée de 12 et 14 pieds. 

À l’étage du haut, vous y retrouverez une salle de style chalet-cosy, idéal pour les événements corporatifs ou pour célébrer un anniversaire, à titre d’exemple. La cerise sur le sundae se trouve sur le toit, elle qui est visible depuis l’autoroute. Il y a là une pente de skis et de planches, rien de moins. Non seulement elle offrira quatre lignes de descente, mais un remonte-pente y sera aménagé (prenez note que la saison estivale – sur tapis synthétique (technologie Proslope) – est réservée aux planchistes et skieurs avec une expérience d’au moins deux ans).

« Pour moi aujourd’hui, c’est la concrétisation d’un rêve de longue date, a lancé le fondateur d’Adrénaline Urbaine, Francis-Olivier Jutras. Je ne suis pas un ancien athlète olympique, même si c’était un rêve lorsque j’étais tout petit. Je suis né et j’ai grandi à Sainte-Perpétue où il n’y avait pas de parc à planches, mais nous étions créatifs. J’ai toujours aimé ces sports-là et j’ai toujours eu cette passion de tout ce côté athlétique, entrainer les jeunes et devenir entrepreneur. Oui, il y a quatre années de recherches et développement derrière notre projet, mais depuis dix ans que je l’avais dessiné, sur les bancs d’école, au Cégep de Trois-Rivières. »

« On a commencé dans l’événementiel avant de créer le Backyard (sur le boulevard des Forges), ce qui se voulait pas mal la Phase 1 du projet. Aujourd’hui, on a créé notre projet qui se démarque déjà à travers le Canada. Maintenant, on veut devenir la référence au niveau des sports d’action dans la région, dès la première année. D’ici trois ans, on veut devenir la référence au Québec, et d’ici cinq ans, on veut être la référence du Canada. On veut aussi devenir un produit d’appel au niveau du tourisme sportif également. »

Le centre se veut accessible à tous et Adrénaline Urbaine entend continuer de développer des partenariats avec les écoles de la région. L’entreprise trifluvienne, qui a visité plus d’une quarantaine d’écoles ces derniers mois, a d’ailleurs déjà des ententes conclues avec des groupes du Séminaire Sainte-Marie, présents ce matin, et avec l’École secondaire Chavigny.

Le maire de Trois-Rivières, qui a aussi pris la parole, s’est d’abord rappelé quelques bons souvenirs. « Jeune, nous en avons sauté des toits et escaladé des endroits qu’il ne fallait pas. Jeune, nous avons aussi roulé à des endroits qu’il ne fallait pas. Ce n’est qu’en vieillissant et en ayant nous-mêmes des enfants qu’on le réalise vraiment (rires). Mais bon, repousser nos limites, ça fait partie du développement humain. Lorsque François-Olivier est venu me voir pour me parler de son centre, où les enfants pourront repousser leurs limites dans un encadrement sécuritaire, ça devenait très intéressant. »

« L’endroit est magnifique. Combien de gens passent ici, sur l’autoroute, chaque jour? Ils vont voir des gens skier sur un toit en plein milieu du mois de juillet. Y pensez-vous? Ce produit-là ne sera pas seulement local, mais régional. Il va devenir un incontournable pour une famille qui part en vacances et même pour les nombreux touristes », a-t-il ajouté.

Le jeune entrepreneur en a mis des heures de travail pour arriver à un tel projet. Il en a fait des voyages pour aller découvrir de ce qui se faisait ailleurs, toujours en s’inspirant, et non en copiant. Des cours seront également offerts, soit privés, semi-privés ou encore en groupe. Le nombre d’employés a dû être doublé en raison des nombreuses activités offertes. Le Trifluvien d’adoption a également souligné au passage qu’il a toujours été bien entouré et que ce projet n’aurait pas pu voir le jour sans une équipe solide.

Adrénaline Urbaine pourra également compter sur un athlète de renom à titre d’ambassadeur, soit le Shawiniganais et Olympien, Alex Bellemare. « Lorsque j’étais jeune, je n’ai malheureusement pas eu la chance d’avoir un tel centre, mais aujourd’hui, Francis-Olivier l’a créé pour l’offrir à nos jeunes », a-t-il témoigné.

« J’aurais tripé avoir eu la chance de faire du skate le matin et de la planche sur un toit en après-midi.  Faire partie de ce projet-là était un no brainer lorsque F-O m’a approché et pour moi, c’est un plaisir de faire partie d’Adrénaline Urbaine avec les jeunes et de partager l’expérience avec eux autres. »

L’ouverture officielle est prévue pour le 6 juillet.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires