De la grande visite en Mauricie!

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
De la grande visite en Mauricie!

RENCONTRE. Le défenseur Hassoun Camara, le milieu de terrain Ballou Jean-Yves Tabla, de même que le vice-président de l’Impact de Montréal Richard Legendre, était de passage au Complexe sportif Alphonse-Desjardins lundi matin. Ils ont rendu visite aux jeunes joueurs de Sport-Études de l’Association Régionale de Soccer de la Mauricie.

L’Impact a décidé de visiter les jeunes, et qui sait, peut-être même la relève de demain, dans la cadre de sa tournée médiatique en région.

«C’est la première fois que l’on fait ça. Nous irons partout au Québec. On est l’Impact de Montréal, oui, mais on veut devenir l’Impact du Québec», lance M. Legendre. «Nos joueurs sont généreux! Ils sont en congé aujourd’hui, mais ils sont ici pour répondre à vos questions. La meilleure façon de faire la promotion et de se rapprocher des gens est de rencontrer les jeunes directement.»

Près de 75 jeunes joueurs étaient présents et y allaient de question, tour à tour.

Hassoun Camara, sous contrat avec Montréal depuis 2011, a raconté son parcours. «Je jouais dans un petit club dans la région parisienne de 11 à 17 ans. Ensuite, j’ai intégré la première équipe et à 20 ans, j’ai connu une grande saison. J’ai ensuite choisi Marseille où je suis resté pendant deux ans. Ce n’est qu’un peu plus tard que j’ai décidé de faire mon sac et de partir.»

«Je voulais voir comment ça se passait au Canada et j’ai été convaincu via le site internet de l’Impact. C’était parfait pour moi de voir une région qui parlait français et une équipe qui avait beaucoup d’ambitions. On était 80 joueurs et nous ne sommes que 2 à avoir été retenus, Evan Bush et moi. Ce n’est pas mal!»

Ballou Tabla est quant à lui un produit développé par l’Académie de l’Impact et il fait déjà écarquiller bien des yeux, et ce, âgé de 18 ans seulement.

«Je suis arrivé au Canada à 8 ans. Je jouais au soccer dès l’âge de 4 ans dans mon pays, mais nous n’avions pas d’encadrement. On s’amusait avec des amis, du matin au soir. C’était du soccer de rue», confie-t-il.

«Depuis que je suis tout petit que je regarde Didier Drogba. C’est mon idole! Je suivais ses matchs à Chelsea et je rêvais de faire la même chose que lui. Et de voir ce qu’il a fait pour mon pays, c’est très impressionnant.»

Avez-vous déjà fait preuve d’adversité?

«La famille et les proches sont toujours là pour vous dans les moments plus difficiles», confie Camara. «Et attention! Il y aura toujours des proches et des gens qui ne croiront pas en vous ou qui douteront de vous. Ça doit vous pousser à croire en vos rêves. Il faut toujours croire en soi malgré ce que les autres pensent. Aujourd’hui, j’ai gagné mon pari!»

«On traverse un long parcours souvent difficile, mais lorsqu’animé par une passion, la passion prend le dessus», ajoute-t-il. «C’est le reflet de la vie où rien n’est facile et rien n’est évident. Vous savez, le soccer est une passion et nous sommes ultra privilégiés de vivre de notre passion. Quand on y pense le matin en allant aux entraînements, on se rend compte de la chance que nous avons. Et de représenter un club, c’est une fierté!»

«J’étais stressé lors de mon premier match avec l’Impact», confie pour sa part Tabla. «C’était face à l’A.S. Roma et je ne m’attendais pas à ça. Je m’entraînais sur l’équipe de réserve. Puis le stade se remplissait. Pour délaisser ce stress, vous devez tout oublier. Lorsque vous êtes sur le terrain, on ne peut plus sortir et il faut faire face à maintenant.»

À la fin de la rencontre, les jeunes étudiants ont pu échanger avec les deux vedettes et récolter des autographes. Camara s’est même permis de prendre quelques photos et vidéos avec les étudiants pour diffuser sur les réseaux sociaux.

Au final, tous étaient tout sourire!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires