Daniel Bergevin-Beauregard, synonyme de persévérance

Daniel Bergevin-Beauregard, synonyme de persévérance

ENTREVUE. Daniel Bergevin-Beauregard est atteint du trouble du spectre de l’autisme (TSA). Depuis trois ans, il a développé une passion pour le karaté. Ayant récemment déniché deux médailles à l’Open de Montréal, il s’est rendu au Championnat canadien 2017, le 24 février dernier, à Québec.

Le jeune Trifluvien s’est présenté au Club de karaté Shito-Ryu, de Trois-Rivières, il y a maintenant trois ans. Depuis, le karaté est devenu une passion.

«C’est le sport que j’aime. C’est certain que les compétitions sont stressantes, mais je dois me concentrer. Je me sens bien parce que je suis content de faire du karaté. Et surtout, je veux remporter des médailles», confie celui qui étudie à l’école secondaire Chavigny.

«Vous comprendrez que c’est stressant de devoir faire sa routine de kata devant tous les juges et spectateurs. Pour ma part, je l’accompagne en mettant l’emphase sur les encouragements et sur sa préparation», explique sa mère Lucie Bergevin, désormais établie à La Tuque. «Sur place, je lui masse les épaules et j’essaie de l’apaiser avec mes gestes. Je fais beaucoup de renforcement positif également. Le but est de diminuer la pression le plus possible pour qu’il puisse se concentrer sur ses mouvements.»

Et ça semble fonctionner! Le jeune athlète de 16 ans est revenu de l’Open de Montréal avec une médaille d’or en kata et une médaille de participation ADAMA, remise par l’Association pour le développement des arts martiaux adaptés du Canada.

«En février, Daniel veut aller au Championnat canadien», explique Richard Beauregard, le paternel. «C’est important de toujours lui demander s’il désire aller en compétition. Étant donné que le TSA n’est pas encore reconnu et que les compétiteurs doivent composer avec une déficience ou un handicap physique, il ne pourra pas compétitionner avec les autres athlètes. Il y sera donc en démonstration.»

Le populaire évènement rassemblera les meilleurs karatékas du Canada en kata, en combat et en karaté-adapté.

«Ce sera une belle expérience, car il y aura des juges du Canada. Ils pourront alors le voir en action et sait-on jamais, le découvrir en même temps», renchérit Sensei André Pronovost, du Club de karaté Shito-Ryu de Trois-Rivières, enseignant depuis plus de dix ans dans des cours appelés «Défi-karaté».

Sensei Pronovost a accompagné plusieurs dizaines d’athlètes ayant un handicap physique ou mental, un trouble envahissant du développement ou un trouble du spectre de l’autisme.

Le jeune Bergevin-Beauregard sait ce qui l’attend et il sera prêt pour faire face à la musique. Celui qui a déjà en poche sa ceinture brune devra corriger quelques lacunes, comme la longueur de certains mouvements et le regard à adopter dans le dojo.

Fierté parentale

        Voir leur fils gravir les échelons aussi rapidement ne laisse évidemment pas les parents indifférents.

«Je suis fier de lui et de sa réussite. Il a appris à sa façon à aimer le sport et à me le faire aimer aussi, car je participe également aux entraînements. Je me rends compte que j’ai pas mal plus d’estime pour lui que pour moi-même(rires). Je ne m’empêche jamais de le féliciter», confie M. Beauregard.

«Il est une fierté pour moi», ajoute  Mme Bergevin. «Ça n’a pas toujours été facile, mais sa motivation est plus grande maintenant et il s’actualise là-dedans. Il est meilleur de jour en jour et c’est plaisant de le voir aller. Il est bon et il me surprend toujours. Il est plus à l’aise avec lui-même et on constate son évolution. Il veut le démontrer aux gens! La persévérance est une des ses nombreuses forces.»

Si le jeune athlète, également passionné de guitare électrique, continue de persévérer ainsi, il pourrait même se voir confronter à des compétiteurs réguliers lors de compétitions d’envergure, dans un avenir rapproché. Il n’écarte pas non plus la possibilité de faire du karaté de combat.

Pour plus d’informations sur le Club de karaté Shito-Ryu, visitez le www.shitoryuquebec.org.

___________________________

Arts martiaux adaptés

        Depuis plus d’un an, le Club de karaté Shito-Ryu fait partie de l’Association pour le développement des arts martiaux adaptés du Canada (ADAMA). Certains de ses entraîneurs suivent ainsi une formation afin d’offrir les meilleurs services à cette clientèle. Sensei Pronovost fait également partie du comité AWAD, soit un programme national de Karaté Canada pour l’intégration des athlètes ayant un handicap dans les programmes et activités de karaté, y compris dans la structure de compétition.

Le karaté est désormais un sport olympique. Les compétitions organisées par Karaté-Québec et Karaté-Canada représentent un passage nécessaire dans le cheminement des athlètes voulant performer à un haut niveau.

 

Poster un Commentaire

avatar