Le meneur Shai Gilgeous-Alexander a hâte de porter les couleurs du Canada

Lori Ewing, La Presse Canadienne
Le meneur Shai Gilgeous-Alexander a hâte de porter les couleurs du Canada

TORONTO — Nick Nurse était sur le point de parler aux joueurs canadiens de la NBA l’été dernier, à Las Vegas, quand Shai Gilgeous-Alexander l’a interrompu.

«Il a mentionné qu’il avait quelque chose à dire, s’est rappelé Nurse. Il s’est levé et il a dit qu’il jouerait. Je n’avais même pas eu le temps de poser la question. Ça montre à quel point il était prêt.»

Nurse avait demandé aux meilleurs joueurs du Canada, qui ont souvent été difficiles à cerner lors des années précédentes, de s’engager à disputer des matchs avec l’équipe nationale pendant trois étés jusqu’aux Jeux olympiques de Paris.

Gilgeous-Alexander n’a pas joué pour le Canada depuis l’âge de 17 ans en raison de ses engagements dans la NBA, mais à trois jours d’un match de qualification de la Coupe du monde de basketball chez lui, à Hamilton, le joueur de 23 ans était tout sourire.

«Il a été très consciencieux et très communicatif sur tout et sur son enthousiasme à jouer, a déclaré Nurse après l’entraînement de mardi. J’ai entendu à plusieurs reprises de sa part à quel point il était emballé d’être ici.» 

Le Canada, qui montre un dossier de 8-0 en deux fenêtres de qualification, accueillera la République dominicaine au FirstOntario Centre, vendredi.

Cette semaine marque le premier rassemblement du «noyau» de joueurs de Nurse et il s’agit probablement du groupe canadien le plus talentueux à s’entraîner au OVO Athletic Centre, qui accueille normalement les entraînements des Raptors de Toronto.

Gilgeous-Alexander, le meneur Nickeil Alexander-Walker (Jazz de l’Utah), l’ailier Dwight Powell (Mavericks de Dallas) et le pivot Kelly Olynyk (Pistons de Detroit) font partie de la formation. R.J. Barrett (Knicks de New York), Oshae Brissett (Pacers de l’Indiana), Khem Birch (Raptors), Luguentz Dort (Thunder d’Oklahoma City), Jamal Murray (Nuggets de Denver) et Kevin Pangos (CSKA Moscou) sont au camp, mais ils ne joueront pas pendant cette fenêtre internationale.

«Je suis engagé. Tout s’est bien déroulé et je ferai partie de l’équipe à l’avenir», a indiqué Gilgeous-Alexander.

Le meneur étoile du Thunder revient d’une blessure à la cheville qui lui a fait rater les 10 derniers matchs de son équipe. Il a été limité à 56 parties en 2021-22 en raison de blessures. Gilgeous-Alexander a été impressionnant en établissant des sommets en carrière au chapitre des points (24,5), des vols (1,3) et des blocs (0,8) par match et il a égalé un sommet avec 5,9 assistances.

Gilgeous-Alexander n’a jamais joué dans la même équipe que son cousin (Alexander-Walker) et il n’a pas joué à Hamilton depuis son temps à l’école secondaire.

«Ce sera amusant de jouer avec lui cette fois, a exprimé Gilgeous-Alexander. Nous nous sommes tous les deux beaucoup améliorés. Notre tandem devrait être meilleur. Je dirige plus le jeu et lui il effectue des tirs. Ça se complète parfaitement. Je suis emballé de le montrer au monde entier.»

Les dernières présences de Gilgeous-Alexander au sein d’une équipe nationale remontent au Tournoi des Amériques des moins de 18 ans, au Chili, et lors du dernier match de qualification olympique du Canada, en 2016.

Gilgeous-Alexander a fait savoir que ses offres de bourses universitaires «avaient explosé» après avoir joué pour le Canada.

«Ç’a assurément fonctionné. Je me suis tellement amélioré. Le rythme de jeu était plus rapide et je savais que je voulais jouer dans la NBA. Il n’y a pas de meilleure façon de s’y préparer que de jouer tous les jours contre des gars de la NBA», a-t-il insisté.

Comparativement aux autres grandes nations du basketball, les Canadiens n’ont pas éprouvé le même sentiment de fierté de jouer pour l’équipe nationale. Joseph et Birch ont été les seuls joueurs de la NBA à participer à la Coupe du monde de 2019, à partir de laquelle le Canada aurait pu se qualifier pour les Jeux olympiques de 2020. 

La surprenante défaite du Canada en demi-finale contre la République tchèque, lors des qualifications olympiques de la dernière chance ,l’été dernier a ravivé la flamme. 

«Nous avons beaucoup de gars qui sont passés par là. Ils veulent vraiment arriver sur la scène internationale et c’était assurément une situation douloureuse. Ç’a nourri notre désir et maintenant que les joueurs se rassemblent, c’est excitant», a soutenu Powell. 

Bien qu’elle occupe le deuxième rang derrière les États-Unis en ce qui concerne le nombre de joueurs dans la NBA, l’équipe masculine du Canada n’a pas participé aux Jeux olympiques depuis 2000. 

Les Canadiens se rendront dans les îles Vierges américaines pour leur deuxième match de cette fenêtre, le 4 juillet.

Il y a six fenêtres de qualification pour la Coupe du Monde de la FIBA. Les trois dernières auront lieu du 22 au 30 août, du 7 au 15 novembre et du 20 au 28 février. Sept équipes de la FIBA des Amériques prendront part à la Coupe du monde à 32 équipes, qui est une qualification directe pour les Jeux olympiques de Paris.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires