Journée parfaite pour les Canadiens aux Mondiaux de patinage de vitesse courte piste

Alexis Bélanger-Champagne, La Presse Canadienne
Journée parfaite pour les Canadiens aux Mondiaux de patinage de vitesse courte piste

MONTRÉAL — Courtney Sarault avait hâte de rentrer chez elle et de s’écraser sur son divan. Kim Boutin prévoyait appeler des membres de sa famille pour se changer les idées malgré une bonne, mais longue journée de travail.

Les patineurs canadiens ont été parfaits vendredi lors des rondes préliminaires et de qualification aux Championnats mondiaux de patinage de vitesse courte piste, présentés à l’aréna Maurice-Richard. Ils devront toutefois bien gérer leur énergie et surmonter la fatigue mentale au cours d’une fin de semaine éreintante.

Chez les hommes, Steven Dubois, Pascal Dion et Jordan Pierre-Gilles ont atteint les quarts de finale sur 500 mètres et 1000 mètres. Ils ont aussi obtenu leur billet pour les demi-finales au 1500 mètres.

Chez les dames, Boutin, Sarault et Alyson Charles ont imité leurs coéquipiers.

En l’absence de plusieurs grosses pointures du courte piste, la porte est ouverte ce week-end à Montréal pour les patineurs canadiens, qui devront toutefois surmonter un horaire bien rempli.

En Coupe du monde, les courses sont habituellement étalées sur quatre jours et les patineurs ne vont pas nécessairement s’inscrire à chacune des trois distances individuelles.

Le scénario est différent aux Mondiaux. Les six patineurs canadiens participant aux épreuves individuelles sont en action au 500 mètres, au 1000 mètres et au 1500 mètres.

Les hommes ont donc participé à cinq courses, vendredi, et les femmes, à trois.

«C’est un gros défi, non seulement physiquement, mais aussi mentalement», a souligné Sarault, qui a terminé en deuxième position du classement cumulatif aux Mondiaux de 2021.

Samedi, les concurrents pourraient participer à un maximum de cinq courses individuelles, en plus du relais. Les finales du 1500 mètres et 500 mètres seront alors à l’horaire, ainsi que les demi-finales des relais.

«Tout le monde va être fatigué et il faut savoir quand vous pouvez économiser vos jambes. S’il n’y a pas de pression derrière, vous pouvez lever le pied un peu», a affirmé Dion, premier au classement de la Coupe du monde au 1000 mètres cette saison, et deuxième au classement cumulatif.

Boutin a cependant rappelé qu’il ne fallait pas trop jouer de prudence.

«Tout est dans la nuance. Vous voulez vous classer pour la finale tout en gardant de l’énergie pour celle-ci», a noté la quadruple médaillée olympique.

Depuis leur retour de Pékin, où ils ont récolté quatre médailles olympiques, les patineurs canadiens ont adapté leur préparation physique à l’horaire des Mondiaux.

«Nous avons fait des séquences avec des intervalles plus courts, a expliqué Charles. Des fois, nous faisions une course, puis une autre après une pause de seulement 10 minutes.»

Il faudra voir si cette préparation sera payante samedi et dimanche.

Pas la même valeur?

Les patineurs chinois et japonais ont mis une croix sur les Mondiaux en raison de la pandémie de COVID-19, tandis que les patineurs russes et bélarusses ont été exclus en raison du conflit en Ukraine.

La Néerlandaise Suzanne Schulting, double championne en titre aux Mondiaux et triple championne olympique, a dû déclarer forfait jeudi à la suite d’un contrôle positif à la COVID-19. L’Italienne Arianna Fontana, qui a remporté 11 médailles olympiques, est également absente.

«J’avoue que ça m’a attristée. C’est amusant de se battre quand les grands athlètes sont avec nous, a déclaré Boutin. J’aurais aimé me battre avec ces filles-là, mais ce n’est pas rare que des athlètes prennent une pause après les Jeux olympiques.»

Chez les hommes, le Sud-Coréen Hwang Daeheon, champion olympique au 1500 mètres, et le Hongrois Liu Shaolin Sandor, deuxième aux Mondiaux en 2018 et 2021, comptent parmi les autres absents.

«Si nous gagnons, c’est certain que nous ne serons pas aussi contents que si tout le monde était là, a admis Dion. Le but du Championnat mondial est de regrouper tous les meilleurs. Nous serons moins festifs, mais ça demeurerait un gros titre si nous pouvons aller le chercher.»

Charles Hamelin et Maxime Laoun complèteront l’équipe canadienne au relais 5000 mètres, samedi et dimanche. Danaé Blais et Florence Brunelle sont inscrites avec leurs coéquipières au relais 3000 mètres féminin.

Hamelin, qui célébrera son 38e anniversaire de naissance le 14 avril, en est à sa dernière compétition en carrière.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires