Félix Auger-Aliassime domine Cameron Norrie et accède aux quarts de finale à Montréal

Simon Servant, La Presse Canadienne
Félix Auger-Aliassime domine Cameron Norrie et accède aux quarts de finale à Montréal

MONTRÉAL — Alors que les têtes de série s’inclinent autour de lui, le Québécois Félix Auger-Aliassime a donné tout un avertissement à ses adversaires, jeudi.

Auger-Aliassime a connu une performance étincelante pour dominer le Britannique Cameron Norrie 6-3, 6-4, au troisième tour de l’Omnium Banque Nationale.

Il y a moins d’une semaine, Norrie avait vaincu Auger-Aliassime en demi-finale du tournoi de Los Cabos. Cette fois, le Québécois ne lui a donné aucune brèche en le malmenant avec son service

En plus de ses 15 as, Auger-Aliassime a placé 85 pour cent de ses premières balles en jeu et il a gagné 92 pour cent de ses points en pareille situation, laissant Norrie sans réponse.

«Quand je sers de la sorte, ça me libère et ça m’aide dans d’autres aspects de mon jeu. Quand tu sers bien, tu mets de la pression sur ton adversaire, a indiqué Auger-Aliassime. Je crois qu’il avait de la pression de gagner son service parce que je servais aussi bien. De plus en plus, je pense que je deviens un très bon serveur et je l’ai prouvé aujourd’hui.»

Auger-Aliassime, sixième tête de série du tournoi, a été tellement efficace qu’il a concrétisé toutes ses balles de jeu du premier coup sauf une, lors de la deuxième partie de la deuxième manche.

Il a fermé les livres avec un as pour devenir le premier Québécois de l’ère professionnelle du tennis (depuis 1968) à atteindre les quarts de finale du tournoi canadien.

Et contrairement à mercredi soir, lors de son duel contre le Japonais Yoshihito Nishioka, Auger-Aliassime a limité les erreurs. Il n’a commis que 10 fautes directes, établissant rapidement son rythme en faisant courir Norrie (no 9) d’un bout à l’autre du terrain.

«Dès les premiers coups de raquette aujourd’hui, je me sentais plus libéré comparativement à hier. Je sentais que Cameron était aussi sur un bon jour. Au début, je n’étais pas serein que j’allais gagner en deux sets comme ça s’est passé finalement, a observé Auger-Aliassime. Hier, j’ai fini le match de la bonne façon et ç’a été encourageant pour celui d’aujourd’hui.»

Le Québécois de 22 ans aura maintenant rendez-vous avec le Norvégien Casper Ruud (no 4), qui est venu de l’arrière pour vaincre l’Espagnol Roberto Bautista Agut (no 14) en trois manches de 6-7 (4), 7-6 (4), 6-4.

Auger-Aliassime et Ruud sont les deux têtes de série les plus élevées à être encore en lice pour le titre à Montréal après les défaites du Russe Daniil Medvedev, le favori et champion en titre du tournoi, de l’Espagnol Carlos Alcaraz (no 2), du Grec Stefanos Tsitsipas (no 3) et du Russe Andrey Rublev (no 5).

«Chaque année, il y a certains tournois au cours desquels les tableaux s’ouvrent. À Montréal, ça peut arriver aussi. C’est quand même le premier tournoi sur surface dure pour un grand nombre de joueurs, a analysé Auger-Aliassime. Je vais essayer de me concentrer sur ce que j’ai à faire, mais aussi de tenter de profiter de cette occasion. Il reste que le tableau n’est pas facile.»

Après une première partie au service expéditive et une petite chute au jeu suivant, le Québécois s’est mis en marche grâce à plusieurs frappes en puissance et le long des lignes.

Auger-Aliassime a obtenu sa première balle de bris à 4-3 lors du set initial. Il a obtenu le bris quand le coup droit de Norrie en profondeur s’est avéré trop long. Le favori de la foule a ensuite facilement gagné sa partie au service pour enlever la première manche.

Auger-Aliassime a raté deux balles de bris au deuxième set, mais Norrie lui a ouvert la porte en commettant trois doubles fautes alors que les deux hommes étaient à égalité 4-4. Le Britannique a résisté à la première balle de bris, mais pas à la deuxième, alors qu’il a envoyé son revers hors cible.

Le Québécois n’a eu besoin que d’une balle de match pour éliminer son adversaire après 72 minutes de jeu. En comparaison, la première manche contre Nishioka avait duré 70 minutes.

Kyrgios poursuit sa route

Au même moment où Auger-Aliassime prenait la mesure de Norrie, le coloré Australien Nick Kyrgios a continué ses succès des derniers jours en montrant la porte de sortie à son compatriote Alex de Minaur.

Kyrgios n’a eu besoin que de 62 minutes pour gagner en deux manches de 6-2, 6-3. Après avoir raflé les grands honneurs au tournoi de Washington, la semaine dernière, l’Australien vient de signer une neuvième victoire consécutive.

Kyrgios en découdra maintenant avec le Polonais Hubert Hurkacz (no 8), qui a peiné contre l’Espagnol Albert Ramos-Vinolas, mais qui s’en est sorti en l’emportant 6-7 (6), 6-2, 7-6 (3).

Quatre autres têtes de série n’ont pas réussi à accéder aux quarts de finale, après les nombreuses éliminations de mercredi.

Le Britannique Daniel Evans a vaincu l’Américain Taylor Fritz (no 10) en trois manches de 7-6 (5), 1-6, 7-5, l’Américain Tommy Paul a facilement triomphé 6-4, 6-2 contre le Croate Marin Cilic (no 13) alors que le Français Gaël Monfils (no 17) a dû se retirer de son affrontement contre le Britannique Jack Draper en raison d’une blessure à la cheville droite. En soirée, l’Espagnol Pablo Carreno Busta a éliminé l’Italien Jannik Sinner (no 7) en deux sets de 6-2, 6-4.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires