Des groupes font pression sur la FIFA et le Qatar pour compenser les travailleurs

The Associated Press
Des groupes font pression sur la FIFA et le Qatar pour compenser les travailleurs

BEYROUTH — À 100 jours du début de la Coupe du monde au Qatar, Human Rights Watch a de nouveau exhorté la FIFA et le pays hôte à améliorer l’indemnisation des travailleurs migrants et de leurs familles.

Le groupe de défense des droits a appelé à un «programme de recours complet pour les travailleurs qui ont subi des préjudices graves, notamment des décès, des blessures et des vols de salaire» alors qu’ils travaillaient sur des projets liés à la Coupe du monde tels que des stades, des systèmes de transport et des hôtels.

Le Qatar a dépensé des dizaines de milliards de dollars en infrastructures depuis qu’il a été sélectionné par la FIFA comme pays hôte en 2010, et a fait l’objet d’un examen minutieux de sa législation du travail et du traitement de centaines de milliers de travailleurs, dont beaucoup d’Asie du Sud, qui devaient venir dans le minuscule émirat et construire les projets.

«Le Qatar a indemnisé certains travailleurs migrants qui ont subi de graves abus ces dernières années, mais pour beaucoup, ces programmes ont été créés trop tard et il y a toujours un travail majeur en cours», a révélé Michael Page, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient.

Depuis 2010, selon l’agence, le niveau des «violations des droits de la personne non indemnisées… est important».

Au Qatar, un fonds de soutien aux travailleurs a versé 164 millions $ US depuis 2020 en indemnisation à 36 373 travailleurs de 17 pays différents, a déclaré HRW citant des données du ministère du Travail du Qatar.

L’organisation n’a pas précisé le montant de l’indemnisation encore nécessaire, bien qu’Amnesty International ait suggéré à la FIFA de verser 440 millions $ de réparations aux travailleurs, ce qui correspond à la somme que l’organisme mondial du football versera en prix aux 32 fédérations nationales dont les équipes joueront au Qatar.

La FIFA et les organisateurs de tournois citent depuis longtemps la Coupe du monde comme un catalyseur pour moderniser les lois et la société au Qatar.

Répondant à Amnesty en mai, les organisateurs qatariens ont souligné «des améliorations significatives… dans les normes d’hébergement, les réglementations en matière de santé et de sécurité, les mécanismes de réclamation, la fourniture de soins de santé et le remboursement des frais de recrutement illégaux aux travailleurs.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires