Salon «La vie après le cancer»: Johanne Fontaine est décédée jeudi

Salon «La vie après le cancer»: Johanne Fontaine est décédée jeudi

SANTÉ. Le salon «La vie après le cancer» se tiendra aujourd’hui et demain à la bâtisse industrielle de Trois-Rivières. Atteinte d’un cancer incurable, la comédienne Johanne Fontaine avait accepté la présidence d’honneur de l’événement. Malheureusement, elle est décédée hier après-midi.

Atteinte d’un cancer incurable, la comédienne Johanne Fontaine avait accepté la présidence d’honneur de l’événement.  «J’ai un cancer du côlon. Quand j’ai reçu mon diagnostic, on m’a dit qu’il me restait un an ou deux à vivre, avait-elle confié. J’ai fait de la chimiothérapie palliative. J’ai choisi de vivre ma vie dans la lumière.»

«Et finalement, j’ai été en rémission au bout d’un an et demi, poursuit cette dernière. Sauf que depuis, je suis rendue à ma quatrième récidive. J’ai eu beaucoup d’opérations. Maintenant, mon cancer est vraiment incurable et j’ai beaucoup de douleur. J’ai accepté d’être présidente d’honneur parce que ça me touche de voir des personnes comme France qui posent des gestes pour aider et informer les gens qui en ont besoin.»

La comédienne est décédée en toute sérénité hier après-midi, accompagnée de ses proches.

Fondation du lymphoedème Mauricie/Centre-du-Québec

Cet événement a pour but de faire connaître tous les services offerts aux personnes atteintes ou ayant vaincu le cancer ainsi qu’à leurs proches. Il s’agit d’une première au Québec. Le salon rassemblera, entre autres, des intervenants, des organismes, des associations et des professionnels de la santé. On retrouvera sur place une soixantaine de kiosques. De plus, il sera possible d’assister à des conférences sur place.

Ce salon est l’initiative de la Fondation du lymphoedème Mauricie/Centre-du-Québec. «Le but, c’est d’informer les gens sur les services existants pour qu’ils puissent aller cogner à la bonne porte», expliquait France Sirois, qui a créé la Fondation en 2006.

La mission de celle-ci est d’aider financièrement les personnes atteintes d’un lymphoedème, une enflure causée par une accumulation anormale de fluides dans les tissus sous-cutanés. «Quand ils viennent cogner à notre porte, les gens sont souvent en panique parce qu’une partie de leur corps est enflée et c’est douloureux», ajoutait-elle.

La Fondation du lymphoedème Mauricie/Centre-du-Québec aide en moyenne deux personnes par mois. «La plupart du temps, ça n’arrive pas tout de suite après les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, précise Mme Sirois. Ça arrive quelques années après. Les gens ne sont plus en traitement et pensent que c’est derrière eux quand ça leur arrive.»

À noter que l’entrée pour le salon «La vie après le cancer» est gratuite pour tous.

 

 

Poster un Commentaire

avatar