Salon de l’emploi virtuel : 1000 postes à pourvoir

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Salon de l’emploi virtuel : 1000 postes à pourvoir

Le Salon de l’emploi Trois-Rivières – Bécancour se tiendra de façon virtuelle le 24 février de 8h à 17h. Déjà, près de 75 exposants ont confirmé leur présence et visent à combler près de 1000 emplois, une record jusqu’ici pour le Salon.

Même si l’événement se déroulera dans un format virtuel, l’organisation maintient son objectif de créer des rencontres fructueuses entre les personnes en recherche d’emploi et les employeurs.

Les secteurs ayant des postes à combler sont diversifiés : comptabilité, technologie de l’information, communication/marketing, aéronautique, santé, usinage, hébergement et restauration, soutien administratif, etc.

Accessible gratuitement par ordinateur, tablette et téléphone intelligent, la plateforme reproduit l’environnement d’un véritable salon traditionnel. Sur la plateforme virtuelle, les chercheurs d’emploi pourront découvrir différents kiosques d’entreprises, accéder à des offres d’emploi accompagnées de vidéos et de photos et de clavarder avec les employeurs.

«Mon état d’esprit pour le Salon de l’emploi cette année se résume en deux mots : adaptation et évolution. Adaptation en ce sens qu’on passe du direct au virtuel pour la première fois et évolution, car on est passé en cinq ou six ans d’un marché d’acheteurs à un marché de vendeurs, de recherches d’employés plutôt que de recherche d’emplois. La région est très riche en offres d’emplois», souligne Jean-Guy Dubois, maire de Bécancour.

La formule permet également la présentation de conférences pour une première année. Il sera notamment question de trucs et astuces dans la recherche d’un emploi, comment combler les postes vacants, les différentes possibilités offertes par certains secteurs d’activité et l’emploi en temps de pandémie de COVID-19.

«De plus en plus d’entreprises cherchent à entrer en contact avec les employés. Il y a des défis pour les futurs employés qui s’avèrent vraiment intéressants. Nos entreprises parlent d’expansion, de virage numérique, d’innovation, de robotisation, de communautés intelligentes… C’est de la musique aux oreilles pour les gens en quête d’un emploi dans les milieux de Bécancour et de Trois-Rivières. On peut s’afficher fièrement comme un milieu attractif», ajoute le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche.

«La pandémie a forcé le milieu du travail à changer, poursuit Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et député de Trois-Rivières. Il y a des secteurs où le chômage pandémique va demeurer un certain temps, alors que d’autres secteurs vivent encore une pénurie de main-d’œuvre. Le marché est rigoureux et ça met l’accent sur l’extrême pertinence de ce Salon de l’emploi. Notre région a énormément à offrir.»

Des conseillers de Services Québec seront aussi au bout du clavier pour parler des services d’aide, de requalification et de parcours personnalisés.

Les inscriptions pour les entreprises et les organismes se poursuivent jusqu’au 12 février prochain. De leur côté, les chercheurs d’emplois pourront consulter le site Web du Salon au www.salon-emploi.ca  au cours des prochains jours. Ils y trouveront, entre autres, la liste des employeurs ainsi que les organismes d’aide à l’emploi qui ont confirmé leur présence. Il est d’ailleurs possible de procéder à la création d’un compte en ligne sur la plateforme du salon virtuel.

Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale accorde un soutien financier de 30 000$ à l’événement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires