Sage-femme ou obstétricien : comment choisir ?

PUBLIREPORTAGE
Sage-femme ou obstétricien : comment choisir ?

La période de la grossesse représente une étape essentielle de la vie d’une femme. Elle requiert ainsi le suivi par un professionnel pour s’assurer de la santé de la future mère et de celle de son bébé. Au Québec, nous avons souvent tendance à hésiter entre sage-femme et obstétricien pour assurer cet accompagnement. Mais comment faire le bon choix ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir à travers cet article !

Pourquoi choisir une sage-femme ?

Pour les futures mamans qui veulent s’assurer de la santé du bébé jusqu’à l’accouchement, il est possible de faire appel à un gynécologue privé. Par ailleurs, il faut savoir que les sages-femmes sont des expertes en matière de grossesses dites « physiologiques ». 

Autrement dit, pour les femmes qui vivent une grossesse sans complications particulières, les services d’une sage-femme suffisent largement avant l’accouchement. Il en va de même au moment de l’accouchement. Toutefois, en cas de difficultés, les sages-femmes doivent obligatoirement faire appel à l’intervention d’un obstétricien. 

Au Québec, de nombreuses sages-femmes libérales proposent un « accompagnement intégral » des femmes enceintes. Outre le suivi médical de la grossesse et de l’accouchement, elles prennent en charge les futures mamans avant la naissance de leurs bébés. Elles partagent par exemple des astuces pour alléger les petits maux de la grossesse et aident les femmes enceintes à calmer leurs angoisses. 

Pourquoi choisir un obstétricien ?

Les obstétriciens, du fait de leurs compétences et de leurs expériences plus approfondies, conviennent aux femmes enceintes à risque. C’est-à-dire les femmes dont la grossesse est particulièrement exposée à des complications avant et après l’accouchement. 

Parmi ces menaces, nous pouvons noter les maladies comme le diabète, l’hypertension artérielle, les grossesses multiples, les menaces d’accouchement prématuré… Si vous vivez une grossesse dite « pathologique », les simples services d’une sage-femme ne suffiront plus. Vous devez obligatoirement vous faire examiner par un gynécologue obstétricien jusqu’à l’accouchement. 

Quelques conseils supplémentaires…

Si vous projetez d’accoucher à la maison, ce qui est cependant rare au Québec, sachez qu’il est préférable de solliciter les services d’une sage-femme. Toutefois, le nombre de sages-femmes qui proposent des interventions à domicile est encore restreint dans la région. Selon le regroupement des sages-femmes du Québec, 3 conditions de base doivent obligatoirement être réunies pour pouvoir accoucher à domicile : 

  • la femme enceinte habite à trente minutes d’un hôpital ;
  • elle a accès au téléphone ;
  • la grossesse ne présente aucun risque de complication.

À l’issue de l’accouchement, la sage-femme réalise une visite régulière pendant les 3 ou 4 premiers jours suivant la naissance du bébé. Ces visites diminuent ensuite petit à petit (tous les deux ou trois jours) afin de s’assurer que la mère et le bébé se portent à merveille.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires