Retour de Notre Dame de Paris: Valérie Carpentier est de l’aventure

Retour de Notre Dame de Paris: Valérie Carpentier est de l’aventure

Notre Dame de Paris revivra sur la scène de l'Amphithéâtre Cogeco pour trois représentations en 2018

MUSIQUE. Les Québécois Valérie Carpentier, Daniel Lavoie, Richard Charest et Martin Giroux feront partie de la nouvelle mouture du spectacle musical Notre Dame de Paris qui sera en tournée au Québec l’été et l’automne prochain. 

Pour cette nouvelle production qui coïncide avec les 20 ans d’existence de la comédie musicale, les créateurs ont choisi de conserver la même histoire, les mêmes chansons et la même mise en scène.

«Quand on l’a créé, on voulait que ce spectacle soit intemporel par sa thématique et sa mise en scène. On voulait que ça passe à travers les temps. C’est un spectacle qui vieillit peu. On peut penser au thème des sans-papiers qui retrouve encore un fort écho dans l’actualité», souligne Richard Cocciante, créateur du spectacle Notre Dame de Paris avec Luc Plamondon.

Le défi était toutefois de réunir une distribution à la hauteur.

Luc Plamondon et Richard Cocciante ont approché Daniel Lavoie lui proposer de reprendre le rôle du prêtre Frollo.

«On l’a ramené deux fois à la musique. La première fois il y a 20 ans. On lui a proposé un rôle de méchant d’une comédie musicale. Il était heureux de casser l’image de chanteur de charme qu’il avait. Il a joué ce rôle pendant deux ans. Quand on lui a proposé de reprendre le rôle, il est revenu avec une grande joie. Il redécouvre le personnage d’une autre manière», raconte Luc Plamondon.

Martin Giroux, que l’on a connu dans la toute première saison de Star Académie, prend la relève pour le rôle de Phoebus, le chevalier qui tombe amoureux d’Esmeralda alors qu’il doit se marier avec une autre. De son côté, la tâche d’interpréter Le Temps des cathédrales puisqu’il assure le rôle de Gringoire.  

Valérie Carpentier interprètera quant à elle le rôle de Fleur de Lys, la jeune femme promise à Phoebus, à l’occasion de la tournée québécoise.

«C’est un gros défi qui m’attend, mais c’est excitant. Je trouve ça intéressant de m’éloigner de ma propre carrière pour revenir plus forte, car je vais apprendre de nouvelles habiletés. Je suis très fan de l’oeuvre de Luc Plamondon. Le vrai défi, ce sera la rigueur. Quand je chante mes pièces, si je veux chanter différemment un soir, je peux modifier la mélodie comme je le veux et le band me suit. Là, il faut toujours donner la même énergie parce qu’on défend un personnage et une production internationale», commente la jeune chanteuse originaire de Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Ce sont Hiba Tawaji et Angelo Del Vecchio qui défendront les rôles d’Esmeralda et de Quasimodo.

Hiba Tawaji a été découverte par le duo de créateurs lors de la finale de The Voice en France. Elle s’est d’abord imposée dans le paysage musical libanais comme étant la nouvelle chanteuse libanaise. Elle n’a pas hésité un instant à embrasser le rôle d’Esmeralda, un rôle qu’elle connaît depuis ses 12 ans.

«Enfant, j’ai découvert le spectacle à travers le DVD et l’album. On l’écoutait en boucle avec mes amis au Liban. Le spectacle a connu beaucoup de succès là-bas. La première fois que j’ai interprété le rôle d’Esmeralda, c’était beaucoup d’émotions», confie Hiba Tawaji, qui réalise un rêve d’enfance avec ce rôle.

«Dès le début, j’avais envie de tout donner, de ne pas manquer cette belle chance. Esmeralda danse tout le temps et elle court. Il m’a fallu apprendre à doser le chant avec ma respiration en fonction de mon effort physique. Il faut être très juste dans les deux. Aujourd’hui, c’est rendu une partie de moi-même», ajoute-t-elle.

Angelo Del Vecchio a fait ses premiers pas au théâtre en 2006. Il a fait la rencontre de Richard Cocciante lors d’une longue série d’auditions pour Giulietta e Romeo – Opéra populaire. Il s’est joint à la distribution de Notre Dame de Paris en 2011 à titre de Quasimodo. Angelo Del Vecchio est d’ailleurs le seul chanteur au monde à interpréter Notre Dame de Paris en trois langues, soit l’italien, le français et l’anglais.

«Ce sont des rôles très difficiles. Le rôle de Quasimodo est très dur au niveau vocal et très physique également. Ce sont des chansons qui demandent à ce qu’on soit au top de la forme à chaque fois. C’est un rôle tragique qui m’apporte du bonheur», affirme cet admirateur de longue date du travail de Richard Cocciante. Il rêvait de prendre part à ce spectacle depuis ses 12 ans.

La distribution est complétée par le chanteur français Jay, qui interprète le rôle de Clopin.

La mise en scène a été confiée à Gilles Maheu, tandis que Martino Müller signera les chorégraphies.

Vers une supplémentaire?

L’Amphithéâtre Cogeco accueillera toute l’équipe de Notre Dame de Paris pour trois représentations les 30 et 31 août, ainsi que le 1er septembre 2018. La vente des billets va bon train, si bien que l’ajout d’une autre représentation est envisagé.