René Villemure promet de s’attaquer aux problèmes de la pyrrhotite et des logements sociaux

Audrey Leblanc

René Villemure promet de s’attaquer aux problèmes de la pyrrhotite et des logements sociaux
Le candidat bloquiste René Villemure. (Photo : (Photo - Audrey Leblanc))

Le candidat bloquiste dans la circonscription de Trois-Rivières, René Villemure, promet de s’attaquer au problème de la pyrrhotite et au manque de logements sociaux, s’il est élu. Il fait de ces dossiers ses priorités pour le comté.

« On va créer un plan trifluvien à partir des 38 enjeux de la plateforme du Bloc, dit-il. On va agir de deux manières pour régler le problème de logements sociaux. On va d’abord exiger que le gouvernement fédéral consacre 1 % de ses revenus totaux aux logements abordables, sociaux et communautaires. On va exiger que le gouvernement fédéral consacre les édifices excédentaires et non utilisés à la création de logements sociaux. Ça réduit le coût d’acquisition de terrains, l’étalement urbain et ça facilite l’accès à la propriété. »

Le candidat soutient que son équipe et lui en sont à faire l’inventaire des édifices qui pourraient être convertis. « Il manque de 300 à 500 logements sociaux, estime-t-il. Certains édifices fédéraux sont vides actuellement et d’autres le seront prochainement avec le télétravail. On pense pouvoir régler une partie du problème avec la conversion d’édifices. »

M. Villemure s’engage aussi à tenter une nouvelle approche pour les victimes de la pyrrhotite qui n’ont toujours pas reçu d’aide financière. « Dans le conflit actuel, encore 200 familles attendent, mentionne-t-il. On a tenté de poursuivre SNC-Lavalin, mais ç’a été très long. Mais on n’a jamais pensé à quelque chose : la personne qui a émis la norme de pyrrhotite. Tout émetteur de norme, par la loi, est responsable de son application même s’il l’a déléguée à une municipalité. On peut déléguer l’imputabilité, mais pas la responsabilité. Et la responsabilité de l’émetteur de la norme n’a jamais été mis en cause. Eh bien, avec moi comme député, elle le sera. Ça, c’est très différent. Ça veut dire que ces 200 familles pourraient être aidées plus rapidement. L’émetteur de la norme, c’est le gouvernement fédéral. Il faut prendre ce chemin, qui risque d’être un peu plus court. »

La lutte aux injustices

René Villemure travaille en éthique depuis 25 ans. Au cours de sa carrière, il a travaillé auprès de nombreux parlements, en Europe notamment. « Je suis familier avec le processus législatif et je connais bien le travail d’un député fédéral, précise-t-il. Mon travail d’éthicien m’a amené à Bordeaux avec des détenus, avec des diplomates, avec la police de Montréal sur la question du profilage racial, etc. J’ai travaillé sur des grèves dans des abattoirs. J’ai travaillé dans tellement de milieux différents, j’ai une expérience transversale immense. Je suis prêt à agir pour les citoyens de Trois-Rivières. D’avoir quelqu’un qui est un expert en politique parlementaire, c’est un avantage. Mon travail d’éthicien m’a toujours amené à trouver des solutions justes et la circonscription de Trois-Rivières ne reçoit pas sa juste part dans l’ensemble des fonds fédéraux et des priorités fédérales. Ce genre d’arbitrage qu’il faut faire a été mon gagne-pain pendant 25 ans. »

C’est son désir de lutter contre les injustices qui l’a toujours guidé. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il a fait le choix de se lancer en politique. « J’aimerais rendre fiers les citoyens de Trois-Rivières. C’est une belle ville. Je veux bien représenter les gens et les rendre fiers », conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires