Regard sur des pédagogues de l’espoir

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
Regard sur des pédagogues de l’espoir

CINÉMA. Des professeurs et des élèves d’écoles secondaires de la Mauricie et du Centre-du-Québec sont mis à l’honneur dans le documentaire «Pédagogues de l’espoir» réalisé par la cinéaste Pauline Voisard.

Le film sera projeté le 1er novembre à 19h30 à la salle Léo-Cloutier du Séminaire St-Joseph, dans le cadre de Ciné-Campus. La projection est gratuite pour les membres. Les non-membres peuvent se procurer un billet au coût de 6$.

La réalisatrice et productrice d’Aston-Jonction a privilégié trois projets dans son film, soit la Brigade Verte qui touche l’environnement à La Seigneurie, «Changer le monde une œuvre à la fois, les interventions par l’art» au Collège Notre-Dame-de-l’Assomption et les «stages d’initiation à la solidarité internationale» à Jean-Nicolet.

Le documentaire de 52 minutes présente plusieurs jeunes qui ont pris part à ces activités, ainsi que des intervenants qui les ont guidés, soit Anick Michaud et Marlène Dubois avec la cause environnementale, l’artiste Javier A. Escamilla et Richard Grenier, coordonnateur du Réseau In-Terre-Actif, dans leur implication citoyenne en art, ainsi que François Malouin, et le voyage au Nicaragua.

Dans le documentaire, on voit les «pédagogues de l’espoir» en action dans différents lieux, que ce soit à l’école et dans activités en dehors des cours. C’est une façon qu’a trouvée Pauline Voisard pour monter la cohérence entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle de ces gens qui sont pour elle des modèles inspirants pour les jeunes.

«Ils ont des parcours influencés par les événements de la vie, les expériences, les voyages et les individus qu’ils ont croisés, les parents, les mentors. Ces rencontres, ces découvertes ont orienté et orientent toujours leur implication«, souligne-t-elle.

Le documentaire suit aussi une quarantaine de jeunes pendant toute une année pour les voir évoluer dans leurs apprentissages et des rencontres avec les intervenants. «Ce qui m’intéresse, c’est le processus et non uniquement le résultat final», indique la réalisatrice.

Pauline Voisard, qui compte une quinzaine de films à son actif, croit que celui-ci sera inspirant et permettre de sortir du cynisme.

«Un film pour présenter des êtres passionnés et mettre en lumière leurs actions, leur sens de la débrouillardise, les changements qu’ils génèrent et une source d’inspiration pour plusieurs jeunes. Ces adolescents, par la suite, influencent leur propre entourage. Une belle forme de contagion qui fait boule de neige. Un film pour aller à la découverte de ces animateurs de vie et de ces jeunes d’aujourd’hui», fait-elle valoir.

AUSSI À LIRE: L’éducation à l’honneur des Journées québécoises de la solidarité internationale

***

Le saviez-vous?

Javier A. Escamilla a reçu le prix Artiste dans la communauté des Prix Les Arts de la Ville 2018 pour le projet «Change le monde une œuvre à la fois».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de