Élagage vs Émondage, démêler les définitions

Publireportage
Élagage vs Émondage, démêler les définitions

L’élagage

L’élagage d’arbre, comme tel, est l’art d’entretenir un arbre pour l’harmoniser avec son milieu. En ce sens, l’élagueur ne cherche pas à imposer une forme à l’arbre, mais cherche à enlever les conflits présents ou potentiels entre l’arbre et son environnement. En respectant les normes qui prescrivent de ne pas enlever plus de 20 % de masse foliaire, un élagueur pourra enlever les branches qui nuisent aux fils électriques, à la toiture, au stationnement et toute autre structure qui ne doit pas entrer en contact avec l’arbre. Tous les arbres sont différents et se trouvent dans des situations qui leur sont spécifiques ; l’harmonisation se fera en joignant le respect de l’arbre et le souci de préserver les structures.

Puis, l’élagage vise la sécurité des personnes. Les arbres les plus matures, par exemple, ont souvent du bois mort en grande quantité. Or, celui-ci est le plus susceptible de tomber et de causer des blessures ou des dommages. L’élagueur doit donc le retirer. De plus, l’élagage est l’occasion de détecter les maladies et les défauts structuraux. Une section d’arbre peut avoir une carie, et il peut s’avérer nécessaire de l’enlever pour prévenir une chute dangereuse. Certaines sections peuvent avoir une fourche faible ou de l’écorce incluse ou encore, des branches peuvent frotter les unes sur les autres, provoquant ainsi des blessures à l’arbre. Un bon élagage devra aussi s’occuper de ces problèmes potentiels.

L’émondage

L’émondage d’arbre, contrairement à l’élagage, vise plutôt l’intervention sur l’arbre pour lui-même. Restreindre la hauteur, la largeur, ou pour imposer une forme à l’arbre sont, à proprement parler, des opérations d’émondage. Malheureusement, l’émondage, pris dans sa définition plus stricte, constitue une mauvaise pratique pour les arbres ornementaux. Il s’agit d’un art qui ne devrait pas s’appliquer au domaine de l’élagage.

Par exemple, un pommier destiné à porter du fruit devra être taillé en fonction de ce but, et cela n’a rien à voir avec l’élagage, c’est de l’émondage. Importer cet art à un érable, par exemple, est une faute technique en élagage. 

 

Prenons maintenant la taille de haie de cèdres. Bien que cela puisse paraître étrange, la limitation de la hauteur et de la largeur, ainsi qu’une imposition d’une forme spécifique est, à parler correctement, un émondage. Le cèdre est capable de s’adapter à ce genre de taille, si celle-ci respecte le seuil de la pousse annuelle. Il y a des cas où l’on voit de l’émondage au tailleur de haie sur des bouleaux, des tilleuls ou des érables. On leur donne une forme de boule ou de cône et il devient impossible pour ces arbres de retrouver une structure normale.

Ainsi, dans le langage commun, les deux termes semblent interchangeables, mais la précision montre toutefois qu’il faut tracer la ligne quant aux mauvaises pratiques. Appeler un élagueur un émondeur n’insulte personne. Mais il faut éviter la confusion entre les types d’opérations pour ne pas importer les pratiques d’un domaine à l’autre, car ce mélange occasionne des dommages pour les arbres.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires