Projet de loi 59: la FTQ et la CSN manifestent devant le bureau de Jean Boulet

Par Rédaction Hebdo Journal
Projet de loi 59: la FTQ et la CSN manifestent devant le bureau de Jean Boulet
Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean Boulet. (Photo : Archives)

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et la Confédération des syndicats nationaux (CSN) ont manifesté cet après-midi devant les bureaux du ministre Jean Boulet, à Trois-Rivières, afin de dénoncer les dispositions proposées dans le projet de loi 59 qui met en péril le droit à la reconnaissance des maladies professionnelles, plus particulièrement celle de la surdité.

La FTQ et la CSN déplore que le projet de loi 59 proposé par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité s’en prenne à l’accès au régime d’indemnisation et de réadaptation. Cette mesure empêcherait des milliers de personnes d’avoir accès à des prothèses auditives pour pallier leur surdité.

«C’est inacceptable que ce soient les travailleurs et les travailleuses du Québec qui paient pour réduire les coûts du régime alors que c’est l’inaction des employeurs qui en est responsable. Donc, au lieu de s’assurer que les employeurs assument leur responsabilité, le gouvernement préfère retirer le droit à l’indemnisation et à la réadaptation des travailleurs et travailleuses. C’est odieux », dénonce Simon Lévesque, responsable de la santé et de la sécurité du travail FTQ-Construction.

« Nous constatons que les orientations prises par le ministre indiquent tout le contraire, il est clair pour nous que M. Boulet a choisi son camp et je peux vous jurer que ce n’est pas celui des accidentés du travail. Il choisit plutôt d’économiser sur le dos des personnes accidentées ou malades en lien avec leur emploi», ajoute Isabelle Gélinas, première vice-présidente au Conseil Central du Cœur-du-Québec – CSN.

Les deux centrales syndicales estiment que les parlementaires devront se positionner sur les articles modifiant les maladies professionnelles donnant accès à une présomption dans la reconnaissance d’une lésion professionnelle. Ces articles, proposés par le ministre, prévoient l’exclusion de maladies, notamment certaines surdités professionnelles.

«Alors que le Québec est en retard de plusieurs décennies en prévention du bruit dans les milieux de travail, les représentants patronaux se plaignent du coût de l’indemnisation des personnes devenues sourdes en travaillant. Ils se plaignent, mais parce qu’ils ne font pas ou peu de prévention, ils n’ont qu’eux-mêmes à blâmer.  Pourtant le calcul est simple : chaque dollar investi en prévention fait économiser 10 $ en indemnisation. Mais la solution que propose le ministre est d’empêcher la reconnaissance de certaines surdités, dont celles qui ne sont pas bilatérales, c’est-à-dire qui n’affectent pas les deux oreilles de manière égale», indiquent la FTQ et la CSN en précisant que selon la nature du poste de travail et du métier, les deux oreilles ne sont pas toujours exposées de manière égale.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires