Plaire ou séduire? L’un est génétique et l’autre non

Par superadmin
Plaire ou séduire? L’un est génétique et l’autre non
Steve Maltais possède une maîtrise en philosophie. Au fil des ans

Chacun de nous voudrait avoir sa place au soleil sur le parquet du plaisir. Celui d’être un gars et une fille, et tout ce qu’on peut faire entre un gars et une fille.

Dans la cuisine à faire la cuisine, dans le salon à se taper des films, dans la salle de bain le soir à se brosser les dents en chœur devant le miroir en se racontant nos journées, dans la chambre à coucher à faire dodo collé, collé, collé. Et bien sûr il y a le sexe pour qui ça intéresse. Dans la cuisine, dans le salon, dans la salle de bain et dans la chambre à coucher.

J’ai lu une fois la définition d’une fille sur le bonheur d’être en couple. C’était quelque chose comme: « Je ne veux pas un Superman comme gars! Tout ce que je veux, c’est un homme avec qui je vais pouvoir rire et m’évacher sur le sofa à manger des chips en regardant un film. C’est pas compliqué il me semble! »

Encore faut-il trouver le gars! Et la fille si nous sommes un gars! Pour y arriver, il faut passer en mode séduction à moment donné. Pour plusieurs, c’est un calvaire!

Plaire ou séduire?

C’est la question avec laquelle Steve Maltais, coach en séduction, a démarré ses chroniques dans le Journal électronique quotidien (JEQ). Ça se lisait comme suit : « Plaire ou séduire? L’un est génétique et l’autre non. Ne vous laissez pas avoir! » Brrrr! Déjà un avertissement dès la première chronique.

Steve possède une maîtrise en philosophie. Au fil des ans, il est devenu coach en séduction. Pourquoi ce changement de cap?

« Il fut une époque où ma solitude était si prenante que j’aurais tout fait pour que quelqu’un puisse me dire comment séduire. Je me suis alors promis que si je trouvais la clé de la séduction, j’offrirais ce service que j’aurais tant voulu recevoir. Quinze années de recherche et de pratique m’ont permis d’être heureux, de valider ce que j’ai trouvé pour moi et pour les intéressés. Je suis fidèle à mes promesses, je transmets maintenant ce que j’ai appris… » m’a-t-il répondu par courriel.

Steve tient des ateliers. Dans sa première chronique on pouvait lire:« Mes rencontres suscitent beaucoup d’émotions et le rire témoigne de leur profondeur. Je vois des hommes et des femmes qui expriment l’espoir de pouvoir maintenant rencontrer bientôt l’âme sœur. D’autres me perçoivent comme une occasion de renouveler leur couple. »

Le gros Bob

Dans les chroniques de Steve j’ai connu le gros Bob, le genre de gars qui n’a pas besoin de parler pour attirer l’attention sur lui. Bob est un symbole sexuel sur deux pattes parce que la nature l’a avantageusement pourvu, mais il se demande toujours pourquoi ses histoires avec les filles ne durent jamais longtemps.

Ce à quoi Steve répond : « Contrairement à celui qui plaît (le gros Bob), le séducteur est proactif dans le processus de la rencontre. Il connaît les besoins fondamentaux que l’être humain cherche à satisfaire dans le couple et comment s’y retrouver profitablement. Charmeur, illusionniste, magicien, le séducteur transforme la réalité pour se présenter sous un jour des plus attirants. C’est donc dire que vous n’avez pas besoin d’être Apollon ou Aphrodite pour séduire, mais de donner l’impression que vous êtes tout autant irrésistible par divers procédés. »

Rencontres dans le Sud

Dans les chroniques de Steve, j’ai lu sur l’illusion des «odeurs de romance aux couchers de soleil flamboyants et aux balades sur la plage. » Autrement dit, c’est l’histoire du gars qui pogne dans les pays du Sud mais revient chez lui, penaud, la queue entre les deux jambes. Super héros dans le Sud, il devient un zéro au Québec.

Commentaire de Steve: « Séduire n’est pas simplement une affaire de trucs et de manière de parler. C’est une manière d’être, de dégager du bonheur parce que l’on est heureux. »

Un rire pour l’amener au lit

« Je fais rire, mais je suis encore seul » dit un personnage de Steve. Faire rire séduit, c’est vrai, mais il a ses limites. « Vous n’avez qu’à penser aux humoristes qui vous font rire : avez-vous nécessairement envie de coucher avec eux? » explique Steve. La chronique de Steve est publiée dans le JEQ tous les dimanches. Pour s’abonner au journal, on clique dans la bande verte qui apparaît sur la page d’accueil du site www.lhebdojournal.com Sinon, on va directement au http://www.leshebdos.com/statique/mauricie/troisrivieres/Inscription_hebdojournal.php Profitez-en, c’est gratuit!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de