Pierre-Olivier Morin se plaît au Danemark

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Pierre-Olivier Morin se plaît au Danemark
Pierre-Olivier Morin a entamé sa troisième saison au Danemark là où il poursuit sa carrière d’hockeyeur professionnel. Photo courtoisie

Pierre-Olivier Morin vient d’amorcer sa troisième saison au Danemark là où il poursuit sa carrière d’hockeyeur professionnel. Et n’allez pas croire que le Trifluvien d’adoption s’ennuie, bien au contraire.

L’attaquant de 6’’0 et 183 lbs connaissait une saison de rêve, tout comme son équipe, avant que la COVID-19 ne vienne mettre fin prématurément à la saison 2020. En 47 rencontres, il totalisait 22 buts et 47 points, avec un cumulatif de 73 minutes de pénalité. Son équipe, les Pirates d’Aalborg, occupait le premier rang du classement général.

«En raison de la COVID-19, il y a beaucoup de ligues qui ont été mises en pause. Je connaissais une très bonne saison l’an dernier ici alors ç’a facilité les discussions. J’aime la ligue et on est bien traité par l’équipe. Je suis content d’être à une place où je suis bien aussi hors glace. Bref, je me plais beaucoup au Danemark. C’est un beau pays et les gens sont très chaleureux. L’anglais est la deuxième langue officielle alors je peux être compris partout. On joue moins de matchs, on a plus d’entraînements et c’est plus relax», confie-t-il d’emblée.

«C’est sûr que je suis loin des amis et de la famille, mais je me suis fait beaucoup d’amis ici. Il y a deux gars du Québec, soit Martin Lefebvre que j’ai côtoyé chez les Patriotes de l’UTQR et Carl Neill qui jouait à l’Université de Concordia. Je suis loin de me sentir seul! Ce dont je m’ennuie le plus, c’est de ne pas être là à Noël et aux anniversaires.»

Le Bécancourois est un des privilégiés pouvant vivre de son sport sans qu’il ne soit affilié à une formation de la Ligue nationale de hockey (LNH). Tout comme en Amérique du Nord, des restrictions sévères s’appliquent actuellement en ce qui a trait au nombre de spectateurs.

«On est arrivée au mois d’août pour le camp et on avait 500 spectateurs dans les gradins. Lorsque la saison s’est amorcée, on avait le droit à 50% de capacité alors on a joué notre match d’ouverture devant tout près de 3000 fans. Puis la COVID-19 est revenue en force le 18 septembre alors la première ministre a restreint les règles à nouveau et lors de notre dernier match, il n’y avait que 500 spectateurs», ajoute celui qui s’est doté d’un baccalauréat en Enseignement de l’anglais.

«C’est sûr que ça joue sur l’ambiance, car en Europe, les gens font un peu comme au soccer, ils chantent et jouent du tambour. La règle sera révisée le 18 octobre, mais on s’entend que 500 fans, c’est mieux que de ne pas en avoir. J’ai la chance de faire le métier que j’aime et d’être payé, pendant que plusieurs ligues sont à l’arrêt complet. Je voyais qu’il y a des endroits où ils ne peuvent même pas s’entraîner sur la glace et où les gymnases sont fermés.»

L’ancien membre des Cataractes de Shawinigan de l’édition championne de la Coupe Mémorial se plaît à Aalborg, ville qu’il aime comparer à celle de Trois-Rivières.

«On a déménagé à Saint-Louis-de-France lorsque j’avais 5 ans et j’adore Trois-Rivières. C’est beau, c’est calme et il n’y a pas de trafic. Je trouve qu’Aalborg ressemble à Trois-Rivières sur plusieurs points», témoigne-t-il.

N’étant âgé que de 29 ans, l’ancien Patriotes de l’UQTR sait qu’il lui reste encore plusieurs bonnes années dans le corps.

«J’y vais une année à la fois, mais j’aimerais ça monter de ligue un jour. On va encore avoir une bonne année et je suis bien ici. Je sais que la deuxième ligue de Suède, la ligue d’Autriche, la ligue d’Allemagne et la ligue de Norvège sont très intéressantes. Mais bon, tant mieux si j’obtiens une offre, mais je ne suis pas mal pris sinon», lance-t-il.

«On est dans une belle ligue. La ligue du Danemark s’améliore année après année et encore plus cette saison. À cause de la COVID-19, on a vu plusieurs joueurs de la Ligue américaine de hockey (LAH) ou ayant touché à la Ligue nationale de hockey (LNH) s’en venir ici parce qu’ils ne peuvent pas jouer en ce moment.»

Celui qui soufflera ses 30 bougies en avril prochain s’est remis de sa blessure juste à temps, lui qui a pu prendre part au tout dernier match du calendrier préparatoire. Avec déjà 6 matchs au compteur, les Pirates présentent un dossier de 5 victoires contre 1 seul revers.

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires