Peut-on faire son épicerie à moindre coût?

Par Emilie Tremblay

En ce temps de crise économique, plusieurs familles cherchent désespérément à réduire leurs dépenses. Chose impossible à faire sur les paiements fixes, elles préféreront plutôt couper dans leur alimentation. Nancie Ferron donne quelques astuces dans son livre 1001 trucs pour, entre autres, couper dans sa facture d’épicerie sans réduire la valeur nutritive et la saveur.

«Premièrement, il faut toujours commencer par faire son épicerie en périphérie, établit-elle. Tous les aliments de base, soient fruits et légumes, viandes, produits laitiers, etc. s’y retrouvent. Ensuite, nous n’avons qu’à regarder dans notre panier : s’il manque quelque chose qui se trouve dans les allées, on va directement la chercher.»

Les produits qui sont dans les rayons sont plus coûteux et souvent inutiles. Bref, il faut éviter de faire le tour de l’épicerie, parce que les consommateurs ont tendance à acheter sous impulsion.

Toutefois s’ils décident de se promener dans toutes les allées, il y a une marche à suivre pour éviter de trop dépenser. Premièrement, il ne faut regarder que la marchandise située en haut et en bas des étagères : en haut, on retrouve les produits de marque maison, tandis que les gros formats sont placés dans le bas. Les articles les plus chers sont généralement à la hauteur des yeux.

Planifier à l’avance

Pour ne pas avoir de mauvaises surprises au comptoir-caisse, il faut, tout d’abord, choisir son épicerie. Ensuite, on doit regarder la circulaire et planifier ses repas en fonction de ce qui est en spécial. Sortez les ciseaux, les coupons-rabais demeurent un excellent moyen pour économiser. «On peut aussi demander aux membres de la famille ce qu’ils souhaitent manger durant la semaine, insiste Mme Ferron. Si mes filles me demandent deux repas avec du steak haché, je vais en acheter une plus grosse portion pour faire les deux soupers.» Acheter beaucoup de viande en spéciale, voilà la clé pour faire des économies majeures. Ainsi, il est recommandé de cuisiner en grande quantité et de planifier l’utilisation des restes. Il est possible de maximiser le budget alimentaire en choisissant, par exemple, des coupes de viande économiques comme du bifteck de palette ou du bifteck de pointe de surlonge. Pour que ces viandes soient plus tendres, il est suggéré de privilégier la cuisson lente et les marinades. «C’est inutile de faire plusieurs épiceries pour courir les soldes puisqu’on dépense du temps et de l’essence», pense Nancie Ferron. Un récent sondage d’Ipsos Reid a révélé que le ralentissement économique modifie les décisions d’achat et de préparation des aliments de presque 52 % des Québécois.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de