Orthophonie: un projet-pilote au Centre de pédiatrie sociale

Photo de jcossette
Par jcossette
Orthophonie: un projet-pilote au Centre de pédiatrie sociale
Le Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières (CPSTR) s'est vu octroyer un don de 10 000$, gracieuseté de TELUS, pour appuyer son tout nouveau projet pilote en services d'orthophonie. (Photo : (Photo Archives))

Le Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières (CPSTR) a reçu un don de 10 000$, gracieuseté de TELUS, pour appuyer son tout nouveau projet-pilote en services d’orthophonie. Concrètement, les fonds obtenus permettront la tenue de huit ateliers pour prévenir les troubles du langage auprès des enfants de 3 à 5 ans en situation de vulnérabilité. 

Ce projet soutiendra les familles en tirant avantage de l’expertise de l’organisme local Maternaide et des stagiaires en orthophonie de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

« TELUS est un partenaire de longue date et impliqué dans plusieurs de nos projets. Lorsqu’on est arrivé avec notre projet en orthophonie et ils ont tout de suite embarqué. C’est un programme qui n’aurait pas été possible non plus sans l’organisme Maternaide et sans l’UQTR. C’est un projet porté en partenariat et ce qui est beau, c’est de voir le milieu qui se mobilise pour répondre aux besoins de nos enfants », lance Yvana Labouba, directrice générale du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières. 

« Ce qu’on offre, c’est d’outiller les parents pour prévenir les troubles langagiers. À travers des activités ludiques, les parents pourront être outillés à intervenir », précise-t-elle.

Comme plusieurs autres organismes à but non lucratif, le CPSTR a été durement touché par la pandémie. Cela s’est traduit par l’augmentation des demandes de service et par une diminution des contributions bénévoles ou monétaires.

« Les besoins sont grands et chez les enfants, agir tôt, c’est la clé. On aimerait vraiment pouvoir répéter ce programme-là d’année en année. On constate que les besoins sont là et on le voit dans le réseau présentement que le temps d’attente pour avoir accès à un orthophoniste peut aller jusqu’à 2 ans et un enfant, ça n’a pas le temps d’attendre parce que le besoin est maintenant et il faut agir tout de suite », explique Mme Labouba.

« À travers un atelier comme ça, on est dans la prévention et les parents sont outillés pour accompagner. Maternaide, dont la mission est vraiment de soutenir les parents dans leur rôle, est la ressource tout indiquée pour nous accompagner dans un projet comme ça. »

Selon un sondage Angus Reid sur l’impact de la crise sanitaire sur le désir et la capacité des Québécois à soutenir leurs communautés, nous apprenons que jusqu’à présent, seulement 59% de la population a redonné en 2021, ce qui a entraîné une baisse de 27% des efforts de don dans la province par rapport aux efforts d’avant la pandémie.

« En cette période particulièrement difficile pour plusieurs organismes régionaux, TELUS est heureuse de participer financièrement au développement du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières, qui, au fil des ans, s’est démarqué par son influence positive sur la trajectoire de vie des enfants en difficulté. Nous sommes persuadés que ce don contribuera à bâtir des communautés plus saines », a pour sa part témoigné Nadia Paquet, directrice générale des communications chez TELUS.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires