Le jour où j’ai failli sauter sur une mine

Un petit mot sur ma copine avant de raconter l’histoire.

Il y a des gens qui se lamentent continuellement. On dirait que les drames leur collent à la peau comme des sangsues. Drame à babord, drame à tribord, drame à la proue, drame à la poupe et beuverie dans la cale pour oublier qu’il y a un drame à babord, drame à tribord, drame à la proue, drame à la poupe et beuverie dans la cale pour oublier que…… Vous voyez le cycle?

Ma copine n’appartient pas à ce monde-là.

D’autres vivent une longue vie sans relief. Leur existence est un long fleuve tranquille, une grosse boule de laine dans laquelle ils coulent paisiblement leurs jours. Souvent, ils se déplacent lentement, très lentement. Des tortues devant un feu jaune.

Ma copine n’appartient pas à ce monde-là.

Chez d‘autres, la vie est une piscine à balles chez Burger King à l’heure de pointe. Ca crie, ca bouge, ca saute. C’est joyeux, coloré, festif. Allez hop, on saute!

Ma copine appartient à ce monde-là.

J’exagère un brin. C’est pour vous dire combien Lyne est bourrée d’énergie.

«Quand je vois un danger devant moi, ça me donne le goût de sauter dedans», disait John Lennon. Sous cet angle, ma copine est une John Lennon version féminine. Allez hop, on saute!

L’avantage de voyager avec elle, c’est qu’on ne s’ennuie jamais.

Fuir

Sarajevo en 2006. Je passe cinq semaines là-bas pour rassembler du matériel en vue de l’écriture d’un roman. En gros, la ville a été assiégée pendant près de trois ans dans les années 90 au cours d’une guerre civile. Des obus pleuvaient sur la ville presque tous les jours.

Lyne et moi, on marche dans la ville. Nous sommes en novembre. Comme c’est sombre et humide tous les jours et que Lyne en a assez de croiser des immeubles détruits et des maisons marquées par l’impact des obus, on décide de grimper l‘une des montagnes qui ceinturent Sarajevo.

On choisit le mont Trebevic car il était, avant la guerre, le lieu de rassemblement des familles le dimanche quand il faisait beau.

Y a-t-il encore des mines? Non, nous assurent les habitants, la montagne a été déminée. Mais soyez prudent quand même.

On monte gaiement. Une fois au sommet, on s’enfonce dans le bois, mais toujours avec un soupçon à l’esprit. Est-elle vraiment déminée? Un groupe d’hommes et de femmes surgissent entre les arbres. Bon signe, ça!

On s’enfonce encore. On croise un bâtiment détruit. Calciné. Délabré. Un peu plus loin, un reste de tranchée. Là, on dirait une cache d’armes. Puis, nous repérons un ruban jaune traînant à moitié sur le sol. Il porte les mots : Attention, mines!

Une petite voix me dit de ne pas aller plus loin. Mais Lyne ne veut pas retourner sur ses pas. Trop macabre comme paysage. De toute façon, dit-elle, il y a un chemin devant. Elle le sait d’instinct. Emportée par le démon de la témérité, elle marche droit devant.

-Lyne, dis-je, on rebrousse chemin.

-Il y a un chemin devant, j’en suis sûre.

-Lyne, tu as deux filles qui t’attendent à Montréal.

Mais Lyne n’entend plus rien. Je la perds de vue. Je me ferme les yeux. Et j’attends. Immobile.

-Jocelyn, tu peux venir. J’ai trouvé le chemin.

-Tu veux que je marche jusque-là?

-Facile, tu n’as qu’à marcher sur mes pas.

-Ben oui, c’est ça! Facile à dire!

J’ai dans la tête des images d’horreur. Une jambe arrachée, les deux peut-être. Pire, l’appareil génital!

J’avance lentement vers ma copine. Presque du bout des pieds. J’ai un fils qui m’attend à Montréal quand même!

Ouache!

Sauvé! J’ai atteint la route. On croise une voiture de policiers. On veut retourner à la ville. Il nous indique le chemin. «Mais promettez-moi que vous ne mettrez pas les pieds en dehors de la voie pavée. C’est sérieux, il y a des mines partout! »

Plus tard, une Danoise vivant à Sarajevo nous raconte l’histoire d’un homme qui guidait les touristes à travers une montagne avoisinante. Aucun danger, tout avait été déminé.

Un beau jour, l’homme saute sur une mine. Jambe arrachée. Pourquoi? Parce que le dégel du printemps avait déplacé la mine de quelques mètres.

Lisez les commentaires suivants de Jocelyn à lhebdojournal.com, section opinion commentaires:

 

-Charest, Accurso et le maire

 

-Écoute fiston, papa a le cancer

 

-Les jeunes d’aujourd’hui? Des bons à rien!

 

-J’ai failli mourir au salon funéraire

 

-Ces professeurs qu’on n’oublie pas

 

-Vous rappelez-vous de vos profs?

 

-Benhabib-Tremblay: la peur au cul!

 

-Twitter, Facebook, techno, Vanasse

 

-T’estimo: Bye bye Joe Cocker

 

-À poil dans les toilettes du curé

 

-Automobilistes, merci!

 

-Papa est devenu sénile

 

-Un p’tit tour dans la nuit avant de mourir

 

-Du Sahara à Pointe-du-Lac

 

-C’est vendredi on fait l’amour

 

-Sur les chemins d’été je t’emmènerai

 

-Ces étudiants à l’esprit tribal

 

-"Ca fait mal, c’est fou comme ça fait mal!"

 

-Bob Hartley contre Patrick Roy?

 

-Leçon d’humilité pour jeunes contestataires

 

-Harold et Maude et au diable la société

 

-Le JEQ se connecte avec les jeunes

 

-De quoi avez-vous peur M. Harper?

 

-Le printemps éclipse Stephen Harper

 

-Les phénomènes Obama et Mandela

 

-Le génie des Noirs à nos portes

 

-Elle appelle son chien "mon bébé"

 

-La belle histoire de Fanny et de Robert

 

-Ma blonde se fait brasser la cage

 

-What the fuck! Expliquez-moi quelqu’un!

 

-Le journaliste aurait pu se faire tuer

 

-Tout savoir sur chacun de vos quartiers

 

-Lennon, la crème glacée et le dentiste

 

-Vidéos éducatives durant les fêtes

 

-Des photos exceptionnelles de Trois-Rivières

 

-Je ne voulais pas frapper le médecin

 

-Bouffe-là qu’on en finisse!

 

-Le syndrome Céline Dion…ou Justin Bieber

 

-Les orignaux me courent après

 

-Le maire, la FTQ et Accurso

 

-Attention ça va chier!

 

-Ce que je sais de Céline Dion

 

-Indiana Jones, des rafales, des cellulaires

 

-Un échevin avec des couilles

 

-Mont Ham: la grosse vie sale

 

-Secouez-vous avant d’être vieux

 

-La Kruger, la statue et la police

 

-Le maire, la toilette et le sudoku

 

-La canicule fouette les ardeurs de madame

 

-La mort de Jack: un vrai scandale!

 

-La madame d’en face est heureuse

 

-Les gars: des bébés indécrottables

 

-La femme: une tête de cochon admirable

 

-L’Égypte, la burqa et Michael Jackson

 

-Le couple: cette drôle de bébitte en laboratoire

 

-Là où personne ne bat John Lennon

 

-Le soleil, la mer et les voyages

 

-Sautez dessus pendant que ça passe!

 

-Un chameau dans la neige et le froid

 

-Le JEQ tient bien la route

 

-Essayez donc de lui voler son bébé