(OPINION) Lock-out à l’UQTR: les étudiants inquiets

Par Rédaction - L'Écho de Maskinongé
(OPINION) Lock-out à l’UQTR: les étudiants inquiets

LETTRE OUVERTE. Nous sommes étudiantes, nous sommes étudiants.

Depuis l’annonce du lock-out hier soir, nous sommes un peu sous le choc d’apprendre que nos plans pour l’été viennent de changer de façon considérable. Inquiètes et inquiets sur les impacts que cette décision puisse avoir sur notre parcours.

Dans la lettre de directives envoyée mardi soir, on nous indiquait que les cours étaient suspendus. Mais il n’y a pas que les cours dans un parcours scolaire.

Il a fallu attendre mercredi après-midi avant que des informations quant à la poursuite des activités de recherche ne soient indiquées dans une lettre adressée aux professeures et aux professeurs dans l’info lock-out. La lettre adressée aux étudiantes et aux étudiants ne contenait aucune information à ce sujet.

Comment peut-on prétendre vouloir préserver « sa mission d’enseignement et de recherche » et omettre d’informer sa communauté au sujet du travail de supervision de recherche que les professeures et les professeurs font avec leurs étudiantes et leurs étudiants ? A-t-on également pensé aux impacts que la suspension des cours peut avoir sur un parcours scolaire ?

Nous déplorons grandement le manque de considération à l’égard de l’impact sur les étudiantes et les étudiants qu’un lock-out occasionne.

Comment croire qu’il s’agisse de la « seule solution responsable » alors que l’on nous a donné si peu d’informations sur la suite des choses et que jamais l’on ne s’excuse des effets que cette décision puisse avoir sur nous ?

Sur nous qui payons nos crédits de recherche mais ne pourrons avoir droit à un encadrement de la part de notre direction de recherche. D’ailleurs, pour plusieurs d’entre nous, il n’est pas possible de simplement suspendre notre session sans conséquences financières (bourse des organismes subventionnaires ou prêts et bourses).

Sur nous qui aurions souhaité faire réviser nos travaux par notre directeur ou notre directrice avant d’aller représenter l’UQTR dans un colloque.

Sur nous qui devons déposer notre essai, notre mémoire ou notre thèse prochainement afin de respecter les délais prévus sous peine d’exclusion.

Sur nous qui devons compléter notre parcours scolaire cet été en raison d’une admission conditionnelle dans un autre programme à l’automne (et qui risquons de perdre la bourse attribuée à cette admission).

Sur nous qui comptions sur des contrats de recherche supervisés par des professeures et des professeurs pour bonifier notre dossier de recherche et gagner un peu de sous.

Sur nous qui comptions sur l’encadrement d’un membre du corps professoral pour nous aider à mener à bien notre stage et en retirer le meilleur.

L’encadrement offert par les professeures et les professeurs à l’égard des étudiantes et des étudiants porte sur plusieurs aspects, pas seulement sur les cours, et ceux-ci sont essentiels à notre réussite.

L’UQTR se targue d’être une institution à dimension humaine et cet aspect constitue l’un des éléments qui fait la fierté de ses étudiantes et de ses étudiants. Toutefois, depuis hier, la dimension humaine à notre égard semble avoir été mise de côté.

C’est pourquoi nous espérons que cette situation se règle rapidement afin de  bénéficier de l’encadrement essentiel de nos professeures et de nos professeurs et pour lequel nous avons choisi de fréquenter l’UQTR.

Cette lettre est cosignée par :

  1. Carol-Ann Rouillard, doctorat en communication sociale
    2. Cathy Simon, programme court de cycles supérieurs en Marketing numérique et
    M. A. en communication sociale
    3. Fannie Hamel Thibault, baccalauréat en histoire
    4. Marc-André Déziel, maitrise en communication sociale
    5. Virginie Proulx, maitrise en communication sociale
    6. Valérie Deschamps, baccalauréat en histoire
    7. Jessica Rioux-Turcotte, doctorat en communication sociale
    8. Véronique Durocher, maitrise en communication sociale
    9. Julie Bérubé, maitrise en études québécoises
    10. Marilyne Lafrenière, doctorat en études québécoises
    11. Benjamin Gagnon, maitrise en études québécoises (et assistant de recherche)
    12. David Ferron, doctorat en communication sociale
    13. Jacinthe Demontigny, doctorat en études québécoises
    14. Frédérique Gagnon, doctorat en communication sociale
    15. Noémie Allard-Gaudreau, doctorat en communication sociale
    16. Marie Labrousse, maitrise en loisir, culture et tourisme
    17. Benjamin Guay, maitrise en études québécoises
    18. Sébastien Poirier, maitrise en sciences de l’activité physique
    19. Nancy Hubert, maitrise en études québécoises
    20. Philippe L. Depatie, maitrise en loisir, culture, tourisme
    21. Nesrine Ben Salem, maitrise en communication sociale, vp communications
    Éclosïon
    22. Marie-Ève Gagnon, doctorat continuum d’études en psychologie, profil recherche
    23. Joëlle Guitard, baccalauréat en sciences biologiques et écologiques
    24. Andrea Isabel Gonzalez, baccalauréat en administration des affaires
    25. Chloé Rousseau, maitrise en philosophie
    26. Dannick Rivest, maitrise en études québécoises
    27. Chloé Labreveux, maitrise en communication sociale
    28. Jessyca Marchand, maitrise en communication sociale
    29. Sophie Drouin Rousseau, doctorat continuum en psychologie, profil recherche
    30. Elaine Leclaire, maitrise en sciences de l’éducation
    31. Jérémy Deschênes-Gagné, baccalauréat en enseignement de l’éducation
    physique et maitrise en sciences de l’activité physique
    32. Gabriel Senneville, maitrise en études québécoises
    33. Danaé Juneau, baccalauréat en arts visuels et représentante aux
    communications étudiantes de l’APARTS
    34. Étienne Lebel-Michaud, double baccalauréat en physique et informatique
  2. Gabriel Gianetto, baccalauréat en enseignement de l’éducation physique, à la
    santé et maitrise en sicences de l’activité physique, Patriotes cheerleading et
    président de l’ASAP
    36. Maude Guérin-Legault, baccalauréat en arts visuels
    37. Mélina Champagne, baccalauréat en enseignement des arts et représentante à
    la vie étudiante de l’APARTS
    38. Kilyan Bonnetti, baccalauréat en histoire
    39. Mathieu Plante, baccalauréat en histoire
    40. Joliane Dufresne, baccalauréat en arts visuels
    41. Marie-Christine Hudon, maitrise en communication sociale
    42. Rahma Chouchane, stagiaire de recherche en management
    43. Laurie Leclair, baccalauréat en histoire
    44. Sarah-Maude Pagé, baccalauréat en études françaises, vp socioculturel AELL
    45. Elyse Marchand, maitrise en études québécoises
    46. Magali Boisvert, baccalauréat en études françaises, profil langue et études
    littéraires
    47. Olivier Nadeau, double baccalauréat en physique et en informatique, Patriotes
    Badminton
    48. Kassandra Robert, baccalauréat en chimie – profil criminalistique
    49. Jonathan Boisclair, maitrise en informatique
    50. Alexandre Brisson, baccalauréat en biochimie et biotechnologies
    51. Maude Cloutier, baccalauréat en chimie
    52. Justine Renaud, doctorat en biologie cellulaire et moléculaire
    53. Michelle Carroll, double baccalauréat en mathématiques et enseignement au
    secondaire-maths
    54. Raphaël Barrette-Perreault, baccalauréat en histoire
    55. Claudine Lacroix, maitrise département philosophie et arts
    56. Marianne Chartier-Boulanger, baccalauréat en loisir culture et tourisme
    57. Charles Papillon, maitrise en mathématiques et informatiques appliquées
    58. Sharlène Gauvin, baccalauréat en sciences comptables
    59. Nancy Chapdelaine, baccalauréat en sciences infirmières
    60. Karine Côté, baccalauréat en sciences infirmières
    61. Julie Yergeau, baccalauréat en biologie médicale
    62. Véronique Primeau, maitrise hybride en psychoéducation
    63. Alexandra Trudel, double baccalauréat en mathématiques et enseignement au
    secondaire-maths
    64. Catherine Lessard, baccalauréat en administration des affaires
    65. Jean-Philippe Bonenfant, baccalauréat en administration des affaires
    66. Maximilien Théberge, baccalauréat en communication sociale
    67. Nicolas Marineau, baccalauréat en enseignement du français au secondaire
    68. Alexandre Ouellet, maitrise en mathématiques et informatique appliquées
    69. Maad Chaara, maitrise en communication sociale
    70. Samuel Rabouin, maitrise en éducation

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Sylvie Tourigny Recent comment authors
  S'inscrire  
newest oldest most voted
Notifier de
Sylvie Tourigny
Guest
Sylvie Tourigny

Cette lettre est importante et j’espère que des efforts seront faits par les responsables de cette situation, ça s’appelle du respect pour l’éducation.