« On invite vraiment les entreprises, les compagnies, les magasins et les bureaux professionnels à donner pour la cause du décrochage scolaire » – Normand Côté

Photo de jcossette
Par jcossette
« On invite vraiment les entreprises, les compagnies, les magasins et les bureaux professionnels à donner pour la cause du décrochage scolaire » – Normand Côté
Ce matin, monsieur Fortin est allé marcher à Trois-Rivières, accompagné de jeunes qui fréquentent l’organisme Autonomie Jeunesse et de résidents de Lokia Trois-Rivières. (Photo : Jonathan Cossette - Hebdo Journal)

André Fortin est âgé de 93 ans, mais rien ne l’arrête. Il est une inspiration pour les habitants de la rue de Mère Gamelin, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Tous le voient, par la fenêtre du salon ou la fenêtre de la cuisine, marcher son kilomètre par jour jusqu’au boulevard Thibeau, aidé de se son déambulateur. Depuis maintenant deux ans, il a décidé de le faire pour venir en aide à l’organisme Autonomie Jeunesse.

Ce matin, monsieur Fortin est allé marcher à Trois-Rivières, accompagné de jeunes qui fréquentent l’organisme Autonomie Jeunesse et de résidents de Lokia Trois-Rivières. C’est Normand Côté, membre de la famille et organisateur du projet, qui a donné le coup d’envoi à cette marche.

« On invite vraiment les entreprises, les compagnies, les magasins et les bureaux professionnels à donner pour la cause du décrochage scolaire », a-t-il lancé. 

« En appuyant Autonomie Jeunesse, ces mêmes commerces permettront aux jeunes adultes de se tourner vers eux qui deviendront leur employeur dans un avenir proche. »

Monsieur Fortin a décidé, l’an dernier, de faire de sa marche quotidienne une collecte de fonds de 50 kilomètres à parcourir, pendant deux mois, à raison d’un kilomètre par jour. Il a décidé de revenir à la charge cette année avec le même défi.

 » On l’a fait l’an dernier, pour la même cause, où on avait été chercher 5000$ auprès de la parenté, des amis, des connaissances, des voisins et de deux entreprises, principalement. Cette année, on a décidé de donner une chance à Autonomie Jeunesse en approchant des entreprises pour leur faire des partenaires dans l’avenir. Ces entreprises-là auront besoin, un jour, de ces mêmes jeunes-là lorsqu’ils auront leur diplôme « , explique monsieur Côté.

 » J’ai toujours œuvré dans l’éducation, tout comme mon épouse et une de mes filles « , lance André Fortin.  » C’est une affaire de famille! (rires) Je sais que je peux marcher, mais je me suis dit pour quelle cause? J’ai pendant longtemps enseigné à des élèves du secondaire lorsque je me suis établi à Saint-Prosper. D’ailleurs, c’est drôle parce qu’on m’avait d’abord placé aux cuisines alors que je postulais pour enseigner. J’ai donc enseigné presque toute ma vie à des jeunes de cet âge et je les ai vus aller. Je me mets à la place de ceux qui ont décroché et je veux les aider. « 

Monsieur Fortin part toujours de son domicile et se rend, en ligne droite, jusqu’au boulevard Thibeau où il rebrousse chemin.

 » Je me rends jusqu’à mes trois petits poteaux de métal. D’ailleurs, ils étaient tous rouillés avant et un matin, je suis arrivé là et il y avait un travailleur de la ville qui peinturait des lignes au sol alors je lui ai demandé de peinturer mes poteaux en jaune. Il m’a dit qu’il n’avait pas le droit, qu’on ne pouvait rien faire. Le lendemain, j’ai pris ma marche habituelle et mes trois petits poteaux étaient peints en jaune. Je leur avais promis qu’ils deviendraient célèbres un jour « , confie-t-il.

 » J’ai toujours marché, beau temps, mauvais temps. Je me sens bien. L’an dernier, j’ai fait plus de 250 kilomètres, à raison de cinq jours par semaine, pendant 52 semaines. J’ai usé mon premier déambulateur et j’ai même fait des crevaisons. Il n’a pas résisté! (rires) Je peux marcher à -30 degrés, même me rendre à -40 degrés. La température, ce n’est pas malin! Il suffit de bien s’habiller. Je ne marche jamais seul parce que je rencontre des gens. Certains me disent souvent que je suis inspirant. « 

Faire un don

L’an dernier, tous les étudiants d’Autonomie jeunesse lui ont remis un message de remerciements à la suite de son défi.

 » Il fait toujours rire la factrice « , lance sa conjointe, Lise Gagnon, qu’il a d’ailleurs rencontrée à Saint-Prosper.  » Il lui a dit: je n’ai pas le pas aussi rapide que vous. Elle lui a répondu: non, mais vous avez d’autres choses, dont la volonté. « 

Chaque kilomètre parcouru rapporte un minimum de 1$ et la mise peut être augmentée au niveau désiré par les donateurs. Les entreprises peuvent aussi faire un don forfaitaire si elles le désirent. Les dons peuvent être effectués directement à l’organisme Autonomie Jeunesse en consultant le www.autonomiejeunesse.com, ou en participant à la collecte de fonds GoFundMe via le https://ca.gofundme.com/f/c039est-pour-toi-que-je-marche

Autonomie Jeunesse est un organisme communautaire comportant deux volets soit, l’hébergement et le Centre de jour qui offre la scolarisation à de jeunes raccrocheurs.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires