Justin Trudeau est «impatient de continuer à travailler» avec François Legault

Mathieu Paquette, La Presse Canadienne
Justin Trudeau est «impatient de continuer à travailler» avec François Legault

MONTRÉAL — Le premier ministre Justin Trudeau se dit «impatient de continuer à travailler» avec François Legault, qui a été reconduit lundi à la tête d’un deuxième gouvernement majoritaire, même si ce dernier a maintes fois répété qu’il souhaitait rapatrier certains pouvoirs d’Ottawa, notamment en immigration.

Dans un communiqué envoyé dans les minutes qui ont suivi l’annonce — rapide — de la victoire de M. Legault, M. Trudeau a félicité le chef caquiste et s’est dit prêt à «relever les défis qui comptent pour les Québécois et tous les Canadiens».

«Il s’agit notamment de favoriser la croissance de l’économie verte, de lutter contre les changements climatiques, de trouver des solutions à la pénurie de main-­d’œuvre, de rendre la vie plus abordable, de favoriser la création de logements abordables, d’investir dans les infrastructures et de bâtir un avenir propre et prospère», a souligné M. Trudeau.

Aucun mot, toutefois, sur l’immigration. Avant même le début de la campagne, M. Legault avait affirmé en grande pompe qu’il allait solliciter un «mandat fort» afin de pouvoir négocier avec Ottawa le rapatriement des pouvoirs en immigration.

«Il faut absolument que la catégorie regroupement familial, que la sélection se fasse par le gouvernement du Québec, parce qu’encore aujourd’hui, la moitié de ces immigrants (…) ne parlent pas français», avait insisté M. Legault dès le mois de mai.

Lundi, toutefois, le premier ministre Trudeau a gardé son message sur une note positive.

«On travaille ensemble depuis des années maintenant — pour créer de bons emplois, agir pour le climat et améliorer la vie des Québécois. J’ai bien hâte de continuer ce travail et d’obtenir encore plus de résultats pour les gens partout au Québec», a ajouté M. Trudeau sur son compte Twitter personnel.

À 22 h 30, lundi, la Coalition avenir Québec (CAQ) comptait 89 candidats élus ou en voie de l’être et 41 % du vote populaire.

Ailleurs dans le monde politique

Au cours des 36 jours de campagne, M. Legault n’a pas ménagé les comparaisons avec l’Ontario, province voisine par rapport à qui il souhaite réduire l’écart de richesse.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, a lui aussi félicité rapidement «son ami» François Legault, avec qui il a pris part à plusieurs défis amicaux ces dernières années.

«Je suis ravi de voir mon ami, le premier ministre François Legault, recevoir un autre mandat fort de la part des Québécois. Continuons à tisser des liens plus profonds entre nos deux provinces et à renforcer les liens économiques qui nous unissent pour créer des emplois bien rémunérés», a écrit M. Ford sur Twitter, reprenant au passage plusieurs éléments clés de la campagne de M. Legault.

À Québec, le maire Bruno Marchand y est allé d’une pointe d’humour dans son message de félicitations au chef caquiste.

«J’ai attendu un peu avant de féliciter le nouveau premier ministre François Legault, on ne sait jamais», a-t-il écrit sur son compte Twitter, rappelant la soirée où il avait d’abord été déclaré battu par la candidate favorite, avant de combler son retard et de coiffer Marie-Josée Savard en fin de course pour succéder à Régis Labeaume, en 2021.

«Ce sera un plaisir de travailler à nouveau avec vous pour notre Capitale-Nationale. Félicitations à tous les élus et tous les candidats pour cette élection», a ajouté M. Marchand.

Dans la métropole, la mairesse Valérie Plante a aussi souligné sur quelles priorités elle souhaite travailler avec la nouvelle mouture du gouvernement de la CAQ.

«Nous avons hâte de poursuivre le travail pour répondre aux priorités des Montréalais-es et des municipalités: la transition écologique, l’habitation, la mobilité et la sécurité», a indiqué Mme Plante, en plus de féliciter M. Legault et tous les candidats qui ont participé à la campagne.

Autres réactions, en vrac

«Les prochaines négociations dans le secteur public, l’avenir du réseau de la santé, la mise en place d’un véritable programme d’assurance médicaments public et universel, et d’un réel plan de lutte aux changements climatiques, ainsi que la hausse du salaire minimum au plus tôt, minimalement à 18 $ l’heure ne sont que quelques-uns des dossiers qui devront être sur le haut de la pile des priorités du gouvernement de la CAQ.» – Denis Bolduc, secrétaire général de la FTQ.

«Le milieu des affaires et les Québécois s’attendent à ce que les élus fassent preuve de pragmatisme pour renforcer notre économie, résoudre l’enjeu de la pénurie de main-d’œuvre et réussir notre transition écologique.» – Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

«À titre de porte-parole des régions, la FQM se réjouit de constater que plusieurs engagements pris par le nouveau gouvernement font écho aux demandes que nous lui avons adressées dans notre plateforme électorale des régions. Je souhaite d’ailleurs assurer au premier ministre du Québec notre entière collaboration pour la réalisation de ses promesses.» – Jacques Demers, président de la Fédération québécoise des municipalités.

«Au cours des prochaines semaines, l’Union rencontrera les membres du gouvernement pour mettre de l’avant les deux grandes priorités municipales, soit la lutte contre l’inflation et l’adaptation des infrastructures aux aléas climatiques.» – Daniel Côté, président de l’Union des municipalités du Québec.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires