Variole simienne: l’OMS s’inquiète pour le partage des vaccins

Maria Cheng, The Associated Press
Variole simienne: l’OMS s’inquiète pour le partage des vaccins

LONDRES — L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’elle créerait un nouveau mécanisme de partage de vaccins pour freiner l’épidémie de variole simienne dans plus de 30 pays au-delà de l’Afrique. Cette décision pourrait amener l’agence de santé des Nations unies à distribuer les rares doses de vaccin à des pays riches qui pourraient autrement se les permettre.

Pour certains experts de la santé, l’initiative manque potentiellement l’occasion de contrôler le virus de la variole simienne dans les pays africains où il infecte des gens depuis des décennies, illustrant à nouveau l’inégalité dans la distribution des vaccins qui a été observée pendant la pandémie de coronavirus.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que l’agence développait une initiative pour un «accès équitable» aux vaccins et aux traitements et espérait que celle-ci serait prête d’ici quelques semaines. Le mécanisme a été proposé peu de temps après que la Grande-Bretagne, le Canada, la France, l’Allemagne, les États-Unis et d’autres pays ont signalé des centaines de cas de variole simienne le mois dernier.

L’OMS a décrit l’épidémie comme «inhabituelle» et a déclaré que la propagation continue du virus était suffisamment inquiétante pour convoquer son comité d’experts la semaine prochaine afin de décider si la variole simienne doit être déclarée urgence mondiale.

On pense que les vaccins contre la variole, une maladie apparentée, sont efficaces à environ 85 % contre la variole simienne. Le directeur de l’OMS pour l’Europe, le Dr Hans Kluge, a déclaré mercredi qu’il était préoccupé par la bousculade de certains pays riches pour acheter plus de vaccins, sans parler d’en acheter pour l’Afrique.

Le Dr Kluge a exhorté les gouvernements «à aborder la variole simienne sans répéter les erreurs de la pandémie». Malgré tout, il n’a pas écarté la possibilité que des pays comme la Grande-Bretagne, qui connaît actuellement la plus grande éclosion au-delà de l’Afrique, puissent recevoir des vaccins via le mécanisme de l’OMS.

Il a précisé que le programme était en cours de création pour tous les pays et que les vaccins seraient largement distribués en fonction de leurs besoins épidémiologiques.

«L’Europe reste l’épicentre de cette épidémie croissante, avec 25 pays signalant plus de 1500 cas, soit 85 % du total mondial», a noté le Dr Kluge.

Certains experts africains se sont demandé pourquoi l’agence de santé des Nations unies n’avait jamais proposé d’utiliser des vaccins en Afrique centrale et occidentale, où la maladie est endémique.

«L’endroit pour commencer toute vaccination devrait être l’Afrique et pas ailleurs», a déclaré le Dr Ahmed Ogwell, directeur par intérim des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

Il a ajouté que le manque de vaccins pour lutter contre la variole simienne sur le continent, où plus de 1500 cas présumés et 72 décès ont été signalés cette année, était une préoccupation plus critique que les grappes de maladies principalement bénignes signalées dans les pays riches.

«Il s’agit d’une extension de l’iniquité que nous avons constatée pendant la COVID», a déclaré le Dr Ifeanyi Nsofor, directeur des politiques et du plaidoyer chez Nigeria Health Watch. «De 2017 à aujourd’hui, nous avons eu des centaines de cas de variole simienne au Nigeria et nous nous en occupons seuls», a-t-il déclaré. «Personne n’a discuté de la date à laquelle il pourrait y avoir des vaccins disponibles pour l’Afrique.»

Après l’explosion de la pandémie de coronavirus en 2020, les agences de santé mondiales se sont précipitées pour mettre en place COVAX, un effort soutenu par l’ONU pour distribuer les vaccins contre la COVID-19. Mais les pays riches ont acheté la majeure partie de l’approvisionnement mondial et le programme COVAX a manqué plusieurs objectifs pour partager les doses avec les populations défavorisées de la planète.

À ce jour, seuls 17 % des habitants des pays pauvres environ ont reçu une dose de vaccin contre le coronavirus. Certains experts craignent que la même chose ne se produise avec la variole simienne.

«Tout comme avec la COVID, il n’y a pas de voie claire pour savoir comment les pays les plus pauvres pourront obtenir des vaccins», a déclaré Brook Baker, professeur de droit à la Northeastern University qui se spécialise dans l’accès aux médicaments.

Il a averti que, alors que l’OMS tente de déterminer combien de doses de vaccins sont disponibles, les pays riches qui avaient précédemment promis des doses pourraient ne pas coopérer.

«Les pays riches se protégeront pendant que les gens du Sud mourront», a prédit M. Baker.

Lundi, le groupe de défense Public Citizen a envoyé une lettre à la Maison-Blanche, demandant si l’administration Biden libérerait les 20 millions de vaccins contre la variole que les États-Unis ont promis en 2004 pour une utilisation par l’OMS en cas d’urgence, comme une attaque biologique.

Interrogé sur l’engagement, un haut responsable américain a déclaré que le gouvernement «explorait toutes les options» pour poursuivre ses efforts pour freiner la variole simienne aux États-Unis et dans le monde.

Le responsable a déclaré que les États-Unis avaient renvoyé plus de 200 000 doses d’un vaccin contre la variole au fabricant afin qu’elles soient disponibles pour les autres. Le responsable a refusé de dire si les États-Unis considèrent l’épidémie actuelle de variole simienne comme une urgence qui justifie la libération des 20 millions de vaccins promis.

François Balloux, expert en maladies infectieuses à l’University College de Londres, a déclaré que les efforts de vaccination dans les pays riches devraient inciter à une refonte des futures stratégies de réponse à la variole simienne en Afrique.

«Cela devrait vraiment être une priorité de vacciner les gens en Afrique, où il existe une souche plus virulente qui a en fait tué des gens», a-t-il déclaré, ajoutant que d’autres impacts de la variole simienne étaient probables.

«Quelle que soit la vaccination qui se passe en Europe, cela ne résoudra pas le problème», a déclaré M. Balloux.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires