Incendie suspect dans les bureaux d’un organisme antiavortement au Wisconsin

The Associated Press

MADISON, Wis. — Des vandales s’en sont pris au bureau d’un organisme antiavortement dans le Wisconsin, mettant apparemment le feu après qu’un cocktail Molotov lancé dans le bâtiment ne se soit pas enflammé, ont annoncé les autorités.

Des flammes ont été vues s’échappant du bureau de l’organisme «Wisconsin Family Action» peu après 6 h dimanche matin, et l’incendie faisait l’objet d’une enquête comme un incendie criminel. 

On ne savait pas immédiatement qui avait vandalisé le bâtiment, mais un graffiti peint à la bombe à l’extérieur proclamait «Si les avortements ne sont pas sécuritaires, alors vous n’êtes pas en sécurité non plus».

Personne n’a été blessé dans l’incendie.

Le chef de la police de Madison, Shon Barnes, a indiqué dans un communiqué qu’une organisation à but non lucratif spécifique qui soutient les mesures antiavortement semblait avoir été ciblée.

Cet incident survient quelques jours après la fuite d’un projet d’avis suggérant que la Cour suprême des États-Unis serait sur le point d’annuler la décision historique «Roe c. Wade», qui légalisait l’avortement partout dans ce pays. La fuite a déclenché des manifestations immédiates, notamment de partisans du droit à l’avortement devant les résidences des juges conservateurs, en fin de semaine. D’autres manifestations sont prévues cette semaine.

La présidente du groupe de pression «Wisconsin Family Action», Julaine Appling, considère cet incendie comme une «menace directe contre nous». Elle a déclaré que des personnes auraient pu être blessées si elles avaient travaillé au bureau à ce moment-là. 

«C’est la manifestation concrète, ici, de la colère et du manque de tolérance des proavortements envers ceux d’entre nous qui sont pro-vie», a déclaré Mme Appling au «Wisconsin State Journal».

Elle a toutefois mentionné que son organisme ne se laisserait pas intimider. «Nous allons réparer nos bureaux, rester en poste et construire un travail de la base encore plus fort. Nous ne reculerons pas. Nous n’arrêterons pas de faire ce que nous faisons. Trop de choses sont en jeu.»

Les politiciens des deux partis au Wisconsin ont rapidement condamné le geste de vandalisme.

Les cliniques qui pratiquent des avortements ont parfois aussi été ciblées par des vandales, notamment en janvier dernier, lorsqu’une clinique de «Planned Parenthood» dans le Tennessee a été incendiée.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires