Nouvelle station-service sur Notre-Dame: des citoyens se mobilisent

Par superadmin

ZONAGE. Un groupe de citoyens résidant sur la rue Dansereau s’opposent à la venue d’une station-service à l’intersection des rues Brisebois et Notre-Dame Ouest.

C’est que la station-service en question serait construite à seulement 50 mètres de leurs résidences.

«C’est d’abord pour des raisons de santé. Ma femme souffre d’asthme et d’allergie sévère et si nous avions su que ce terrain allait être dézoné pour permettre l’implantation d’une station d’essence, nous n’aurions jamais acheté une maison ici. Des études indiquent qu’il y a quatre fois plus de risques de leucémie infantile et maladies graves pour les personnes vulnérables habitant à moins de 100 mètres d’une station-service. Il y a plus de trois garderies dans le secteur. À la distance qui nous séparera de la station-service, on va souper en regardant les pompes», argumente Jocelyn Aubut, l’un des citoyens s’opposant à la construction de ladite station-service, citant des études publiées dans le Science Daily et dans le Journal de l’environnement.

M. Aubut s’inquiète également des conséquences de l’exposition chronique aux vapeurs qui occasionnent des maladies et du fait que les institutions financières évaluent que les stations d’essence représentent un risque de contamination des sols, ce qui peut ultimement entraîner la dévaluation d’une maison.

«On s’attend aussi à ce que le trafic augmente de façon considérable. C’est déjà un défi de tourner à gauche sur la rue Brisebois! Ce sera plus difficile avec la congestion que la station-service risque d’occasionner», souligne-t-il.

«Il y a déjà une station-service à 650 mètres à l’intersection du boul. Mauricien et il y en aura au District 55. Est-ce nécessaire d’en avoir une ici? On n’est pas contre les stations-service, mais qu’on respecte la distance avec les maisons autour», ajoute M. Aubut.

Abandonner le projet

C’est pourquoi M. Aubut et ses voisins demandent à la Ville de Trois-Rivières d’abandonner le projet et de ne pas procéder au dézonage du terrain qui accueillerait la station-service.

C’est que le terrain en question était zoné commercial, mais ne permettait pas la construction d’une station d’essence. Le vote final se fera le 18 août lors de la prochaine séance publique.

Jocelyn Aubut a entamé des démarches de porte-à-porte pour sensibiliser les gens du quartier à cette situation et à les inviter à aller signer le registre à l’hôtel de ville dans l’espoir de demander un référendum sur la question.

Quarante-neuf signatures seraient nécessaires à l’hôtel de ville.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de