Mobilisation pour la protection des femmes victimes de violence conjugale

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Mobilisation pour la protection des femmes victimes de violence conjugale
La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie et les maisons d’hébergement pour femmes de la Mauricie ont tenu de petits rassemblements, vendredi après-midi, devant les bureaux des ministres Jean Boulet et Sonia LeBel afin de sensibiliser les élus à la situation des femmes et des enfants victimes de violence conjugale. (Photo : Audrey Leblanc)

La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie et les maisons d’hébergement pour femmes de la Mauricie ont tenu de petits rassemblements, vendredi après-midi, devant les bureaux des ministres Jean Boulet et Sonia LeBel afin de sensibiliser les élus à la situation des femmes et des enfants victimes de violence conjugale.

«On est touché par la situation des huit féminicides en huit semaines, lance d’entrée de jeu la directrice de la Maison Le Far, Karine Gendron. On veut que le gouvernement se mobilise pour assurer la sécurité des femmes et des enfants victimes de violence conjugale. On veut faire prendre conscience au gouvernement que ces femmes-là existent et qu’il y en a bien d’autres qui souffrent et qui ont peur.»

«On veut aussi s’assurer que le gouvernement injecte des sommes pour consolider les services et les développer, ajoute cette dernière. On manque de services en hébergement et de services externes. Pour agir en prévention, il faut aller dans les écoles et sensibiliser la population, entre autres, dans les milieux de travail. On demande aussi  au gouvernement de mettre sur un pied comité pour discuter des enjeux des femmes victimes de violence conjugale. On veut être partie prenante de ce comité.»

Rappelons que depuis le début de la pandémie, treize féminicides liés à de la violence conjugale ont eu lieu, dont huit en l’espace de huit semaines.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires